CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Au peuple ! Une nouvelle intrigue, un nouveau staff, des nouvelles parties RPG... Un RENOUVEAU est mis en place. Veuillez aller vous recenser et donner votre avis dans le Crieur Public =D

Partagez | 
 

 Une rencontre un peu... mouillée [CHH]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgane le Fay
Pupille du Roi
avatar

Date d'inscription : 30/03/2011
Messages : 245

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Arthur
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Une rencontre un peu... mouillée [CHH]   Lun 29 Oct - 2:25

Ce jour-là, comme quelques autres d’autres depuis un certain temps, Morgane s’était rendue dans la demeure de Lug afin qu’il lui donne de nouveaux conseils pour l’aider à accepter et maitriser sa magie. Bien évidemment, il lui était impossible de quitter Camelot en pleine journée, faute de quoi tout le royaume s’en apercevrait en un rien de temps et Arthur lui tomberait dessus à son arrivée. C’est pourquoi la jeune femme ne quittait le château qu’au milieu de la nuit ou en début de matinée, bien avant le réveil du personnel, comme ce fut le cas ce matin. Cependant, elle ne vit pas le temps passer et s’attarda plus longtemps que prévu chez Lug.

*Bon eh bien tant pis… je prétexterai une balade à cheval dès le début de la matinée afin de me changer les idées. Et puis zut… si Arthur n’est pas content qu’il aille se faire pendre !*

Ainsi la jeune femme s’enfonça de nouveau dans la forêt, mais en voulant prendre un détour pour aller plus vite, elle aperçut alors une petite clairière un peu plus loin qui piqua aussitôt sa curiosité. Morgane ne s’était pas encore complètement éloignée des terres de Ceyrel, mais qu’est-ce que ça pouvait faire après tout, il n’y aurait probablement personne à cette heure si matinale. C’est ainsi qu’elle descendit de cheval et pénétra dans la clairière, se rapprochant tout près de la petite rivière tranquille qui s’écoulait. Elle s’assit sur un rocher juste devant, observant le cours d’eau paisible. Si elle ne se trompait pas, elle devait logiquement se trouver sur les anciennes terres du comte Bennet, des terres magnifiques autrefois d’après le peu de souvenirs qu’il lui restait de la seule fois où elle y était venue en compagnie d’Arthur afin de négocier un traité. Mais depuis le massacre mystérieux de toute sa famille, elles appartenaient désormais au seigneur Hamleigh, l’un des seigneurs de Geoffroy de Meryl les plus affluents si elle s’en souvenait bien. Elle ne l’avait encore jamais vu, aussi ignorait-elle tout du genre de personne qu’il pouvait être. Alors autant être prudent et ne pas s’attarder trop longtemps par ici. Sur ces pensées, elle prit la décision de rebrousser chemin et de rentrer on ne peut plus rapidement à Camelot, mais c’est alors qu’un bruit de branche cassée la tira de ses pensées.

Quelqu’un approchait… et à cette distance du royaume de Ceyrel, il était fort possible qu’il s’agisse d’un garde de Geoffroy de Meryl, ou d’un soldat du duc Hamleigh. La jeune femme tira très discrètement son épée de son fourreau, et se faufila sur le côté, dissimulant sa silhouette en se postant derrière un tronc d’arbre. Les bruits de pas se rapprochaient. Sans doute la personne pensait-elle qu’elle se trouverait seule à cet instant. Et finalement, Morgane finit par l’apercevoir… C’était un homme, brun, assez grand, musclé, mais surtout il ne s’agissait pas un garde. Il ne portait pas d’armure. Par contre, il était très bien vêtu, aussi bien que les nobles de Camelot, ce qui l’amena bien vite à penser que c’est également ce qu’il était. Néanmoins… il n’était certainement pas un noble de Camelot, faute de quoi elle l’aurait très certainement reconnu. Non, il y avait de fortes chances qu’il soit un noble appartenant au royaume de Ceyrel, peut-être bien au comté du duc Hamleigh. Dans tous les cas, il était l’heure pour elle de s’en aller.

Pendant un moment, la jeune femme ne put détacher les yeux de cet homme. Intriguée ? Peut-être bien, oui. Mais en même temps, elle réfléchissait à un moyen de filer discrètement. Finalement, elle recula sans faire le moindre bruit, regardant toujours droit devant elle, pensant s’en aller de la sorte sans qu’il ne l’aperçoive. Mais c’est alors qu’elle glissa sur l’herbe humide et se retrouva dans l’eau toute habillée, poussant un cri de surprise qui dut probablement alerter l’autre personne qui se trouvait là. La jeune femme ne perdit pas un instant et se rua vers son épée qui lui avait échappé des mains et était tombée sur l’herbe humide. Mais au moment de la saisir, quelqu’un s’en empara juste avant elle. Morgane releva les yeux, apercevant alors l’homme qu’elle observait de loin quelques instants plus tôt e tqui la toisait désormais d’un ton impérieux. Cela faisait bien longtemps qu’on ne l’avait pas ainsi regardée tiens ! Non mais pour qui se prenait-il celui-là ? Le duc en personne peut-être ?... La jeune femme se releva et sortit de l’eau, faisant face à l’homme qui tenait à présent son épée devant elle. La simple pensée quant à l’allure qu’elle devait à présent avoir la déprima d’avance. Ah ça oui, qu’elle était belle la pupille d’Arthur… Ses cheveux dégoulinaient d’eau, et sa robe dorée laissait à présent entrevoir ses bras car elle devenait transparente à certains endroits. Jamais la jeune femme ne se sentit humiliée de la sorte. Mais Morgane resta de marbre, immobile face à l’homme en question pendant quelques instants, avant de croiser les bras d’un air contrarié et de déclarer calmement mais sur un ton qui ne laissait pas place au refus :


- Je vous prierai monsieur de me rendre mon épée… je vais me retirer de ces terres sans plus tarder…

Elle ne pouvait s’adresser n’importe comment à un noble, qu’il fasse partie de Camelot ou qu’il soit sur les terres de Ceyrel. C’est pourquoi elle avait fait preuve de toute retenue malgré son envie irrationnelle de se saisir de son épée pour s’en aller le plus rapidement possible afin qu’il ne la regarde pas davantage dans cette tenue. Y avait-il une chance pour que cette personne, quelle qu’elle soit, n’ait jamais vu son visage et puisse ignorer tout de son identité ? Si tel était le cas, rien ne serait plus facile que lui donner un faux nom et se faire passer pour une paysanne du coin. Néanmoins, la robe qu’elle portait et le fait de s’adresser à lui comme un noble qu’il devait être allait probablement laisser sous-entendre qu’elle faisait partie de la haute société à son tour. Et pourtant, Morgane se demanda pendant un instant si le plus étonnant pour la personne face à elle ne fut pas le fait d’entendre une femme s’adresser à lui de cette façon pour récupérer son bien. Il semblait surpris, mais s’il ne lui rendait pas l’épée qu’elle réclamait d’ici peu, il ne serait sans doute pas au bout de ses surprises… La jeune femme attendit ainsi impatiemment la réaction de l’homme face à elle, n’ayant toujours aucune idée de qui il pouvait être... Mais quelque chose lui dit qu’elle n’allait sans doute pas tarder à le savoir…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles-Henry Hamleigh
Noble
avatar

Date d'inscription : 26/03/2012
Messages : 29

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu... mouillée [CHH]   Lun 29 Oct - 23:06

Ce jour là, comme depuis un certain temps, Charles-Henry s'ennuyait. Il n'avait rien à faire, ou plutôt rien envie de faire, et s'ennuyait terriblement, ce qui lui enlevait l'envie de faire quoi que ce soit, et augmentait donc son ennui. C'était un de ces jours où il n'avait pas l'humeur, mais alors pas du tout, où rien n'allait plus. Et cela lui arrivait plutôt souvent ces derniers temps. Il voyait bien, aussi, comme cela agaçait et mettait mal à l'aise le personnel de son château. Tout le monde avait peur qu'il ne défoule sa colère sur eux. Mais il n'avait même pas l'humeur pour défouler sa colère, c'était bien là le problème. Il ne parlait pas, et regardait dans le vide. Il était désespéré et blasé en même temps. Et ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait. Il alla manger tôt puis se coucha sans tarder afin de mettre fin à son supplice le plus rapidement possible. Mais apparemment, cela ne lui sera pas accordé. N'étant évidemment pas fatigué, il n'arrivait pas à s'endormir. La nuit fut longue. Il n'arrêtait pas de se lever, de se promener, de regarder par la fenêtre, avant d'aller se recoucher, et au bout d'un moment se lever à nouveau. Il avait la tête vide, aussi, ce qui était le plus bizarre. Décidément, c'était comme s'il était sans vie. Il finit pourtant par s'endormir, probablement d'ennui.

Le lendemain matin, il avait déjà oublié les événements et les sensations de la veille. Il se leva avec le sourire, ou plutôt la satisfaction aux lèvres et déjeuna abondamment. Il avait décidé qu'il irait faire une ballade du côté de chez Bennet. C'était un territoire qu'il avait récupéré, quelques années en arrière, agrandissant ainsi son duché. Et cela faisait un certain temps qu'il n'y était pas allé. Il fit seller son étalon noir et sortit, vêtu d'une cape en velours par dessus ses habits et un chapeau à plumes sur la tête. Un fleuret balançait à ses hanches. Habilement, il monta sur le cheval et s'en fut au galop. Il traversa une forêt, puis un champs, avant de se retrouver enfin dans la forêt qui jadis appartenait aux Bennet. Il avait opté pour le chemin naturel, comme à son habitude lorsqu'il montait à cheval, bien qu'il aurait pu passer par les diverses routes reliant les villages du duché. Il aimait sentir le vent dans ses cheveux, et avancer sans grand effort, regardant le monde de haut, d'encore plus haut qu'il ne le faisait d'habitude. Et surtout, il aimait être seul, se suffire à lui-même, ne pas dépendre de gardes qui l'accompagnerait à chacun de ses pas. Il le leur avait fait clairement comprendre. S'il les voudrait un jour à ses côtés, il le leur dirait. Sinon, ils restaient à leur place sans broncher. Il n'était plus gamin à devoir être surveillé sans arrêt.

Il approchait d'un cours d'eau qui traversait une clairière. C'était lui qui jadis marquait la frontière entre les deux territoires qui désormais ne formaient plus qu'un. C'était lui qu'il fallait traverser à chaque fois pour rejoindre l'autre côté. Tranquille, l'eau avait le don de calmer ceux qui la regardaient, et Charles-Henry en avait fait plusieurs fois déjà l'expérience. Il l'appréciait. Bien sûr, trop était trop, mais cela faisait longtemps qu'il n'était pas venu ici et... Tout à coup il entendit un plouf. Quelqu'un venait de tomber dans l'eau. Il descendit de cheval en un clin d'oeil et atteignit la rive, à l'endroit où il avait entendu le bruit. Une épée se trouvait à ses pieds. Il se baissa pour la saisir, et vit une main se tendre pour l'attraper elle aussi. Mais il avait été plus rapide. Ce fut là qu'il réalisa que c'était une main de femme, femme qui sortit alors de l'eau et se plaça devant lui. Il la dévisagea de haut en bas, notant que sa robe, même si en piteux état, était celle d'une riche. Elle dégoulinait d'eau. Pas que la robe, aussi les cheveux. De partout, des gouttes d'eau tombaient à terre. C'était pour le moins ridicule. Son air d'incrédule passa à amusé, restant hautain. Sa robe dorée était très fine à certains endroit de ses manches et il pouvait voir la peau de la demoiselle à travers. Il sentait que cela la mettait mal à l'aise, et ça l'amusait d'autant plus. Il fut tenté de rire. Mais la jeune femme tendit une main et s'adressa à lui d'une voix qu'elle voulait sûre d'elle :

- Je vous prierai monsieur de me rendre mon épée… je vais me retirer de ces terres sans plus tarder…

Hahaha. C'était très drôle la manière dont elle s'adressait à lui. Aucun respect, malgré les tournures de phrases. Un franc énervement se lisait dans les yeux bruns irradiaient d'une envie folle de disparaître au plus vite, et sans manières. Elle donnait l'impression d'avoir fait un effort considérable pour ne pas sortir des paroles plus inappropriées encore. Il n'en revenait pas. Aucune excuse, aucun salut, même. Navré, ma petite, mais on paye pour ses erreurs, et celle-ci était particulièrement grande. Aussi bien au niveau du délit, que de la maladresse et du poids des conséquences. Délit de s'infiltrer sur les terres des Hamleigh qui n'étaient donc pas les siennes, maladresse de s'y faire prendre et ce en tombant dans l'eau, et conséquences, eh bien celles qu'elle endurait à l'instant, c'est à dire sortir de l'eau, s'être fait prendre son épée, devoir faire face à un inconnu dans un état d'humiliation correspondant à tout ça et dans une position de fautive. Très joli.

- Je crains que ce ne soit pas comme ça que ça marche. Pourriez-vous me dire, tout d'abord, ce que vous faisiez ici ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane le Fay
Pupille du Roi
avatar

Date d'inscription : 30/03/2011
Messages : 245

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Arthur
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Une rencontre un peu... mouillée [CHH]   Mar 30 Oct - 23:37

Incroyable ! Mais c’est qu’il avait presque envie de rire en la voyant ainsi ! Morgane inspira profondément et ferma les yeux le temps d’une seconde afin de contenir sa colère. Oui, elle était énervée, aussi bien de sa maladresse que de l’attitude de l’homme qui se trouvait à présent face à elle. Elle sentait de plus qu’il était tenté de se moquer, ce qui l’énervait davantage.

*Non mais je rêve… voilà des jours que je traverse la forêt de Brocéliande sans m’être fait voir par un seul des gardes de Geoffroy, et voilà que je me fais bêtement surprendre par un noble !*

En d’autres termes, elle fulminait de l’intérieur. Mais elle dut changer sa perspective de voir les choses dès que l’homme face à elle prit la parole à son tour.

- Je crains que ce ne soit pas comme ça que ça marche. Pourriez-vous me dire, tout d'abord, ce que vous faisiez ici ?


A ces premiers mots, Morgane adopta presque un air amusé. Quelqu’un qui lui disait que les choses ne marchaient pas à la façon dont elle voulait alors que personne d’autre ne se trouvait autour d’eux, voilà bien une première. Cet homme est-il persuadé d’avoir l’avantage sur elle parce qu’il en a réellement le pouvoir ou parce qu’il est imbus de lui-même ? Allez savoir… Mais à vrai dire, si la jeune femme était pressée de récupérer son épée, c’était pour rentrer à Camelot au plus vite afin de justifier son absence. Néanmoins, maintenant qu’elle y pensait, cet imprévu lui donnerait une bonne excuse. Après tout, on peut tomber sur n’importe qui en faisant une simple balade à cheval non ?… Sauf quand on est censé être accompagné certes, mais après tout, peu importe. C’est ainsi que la jeune femme se radoucit, et répondit de façon beaucoup plus détendue.

- Eh bien… j’admirais simplement la beauté du paysage avant de reprendre ma route. J’y avais fait arrêt une fois, il y a plusieurs années de cela, en venant rendre visite au comte Bennet, et je suis retombée ici par hasard…

Inutile de mentir à ce sujet après tout, c’était la stricte vérité. Néanmoins, Morgane ignorait tout de l’inconnu qui se dressait devant elle, et elle tenait encore moins à lui faire penser qu’elle avait calmée sa colère uniquement parce qu’il pensait avoir l’avantage en possédant son épée… Surtout que si elle désirait vraiment se défendre, épée ou non elle aurait de quoi faire. De façon tout à fait naturelle, peut-être même un peu provoquante à vrai dire ce qui était absolument volontaire juste pour l’embêter un peu (xD), la jeune femme s’assit sur un rocher suffisamment en hauteur juste à côté d’eux pour lui permettre d’observer cet inconnu tout en restant quasiment à la même hauteur que lorsqu’elle était debout, et attrapa ses cheveux qu’elle pencha légèrement sur le côté avant de les serrer un peu de ses mains pour en faire retomber l’eau qui s’y trouvait. Et de façon tout à fait naturelle, elle reprit.

- … Mais si je ne m’abuse, ces territoires appartiennent désormais au duc Hamleigh depuis le tragique incident au château des Bennet. Or j’entretiens de très bonnes relations avec le comte Hamleigh et je me demande bien comment est-ce qu’il réagirait en apprenant que vous pointez une épée sur l’une de ses amies les plus intimes.

Alors là… Même Morgane aurait pu se prendre à son propre mensonge tant il paraissait véridique… Si seulement elle connaissait l’identité de la personne qui se trouvait devant elle avant d’avoir dit cela, elle y aurait sans doute réfléchi à deux fois avant de prononcer le mot « intime »… Néanmoins, combien de chances y avait-il pour que cet homme se trouve justement être le duc Hamleigh ? Une sur un million, et il fallut que ce soit sur le millionième que ça tombe… Quoi qu’il en soit, Morgane poursuivit sur sa lancée afin de voir si son petit stratagème allait fonctionner ou non et continua de regarder l’homme face à elle avant de reprendre.

- Par chance pour vous il se trouve que je suis très douée pour garder les secrets, alors si vous acceptez de me rendre mon épée sans plus tarder, je puis vous assurer que le duc ne saura jamais rien de ce fâcheux malentendu.

"Ça passe ou casse", c’était exactement la situation dans laquelle elle se trouvait. Y avait-il une chance pour que l’homme face à elle ait gobé tout ce qu’elle avait dit ? C’était certes beaucoup plus facile de manipuler un garde, mais allez savoir à quoi on peut s’attendre avec les nobles… En tous les cas, la jeune femme n’allait pas tarder à le savoir…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre un peu... mouillée [CHH]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre un peu... mouillée [CHH]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeux :: Corbeille :: Anciens RPs-