CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Au peuple ! Une nouvelle intrigue, un nouveau staff, des nouvelles parties RPG... Un RENOUVEAU est mis en place. Veuillez aller vous recenser et donner votre avis dans le Crieur Public =D

Partagez | 
 

 Coup d'estoc ✝ Ari. [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Randon Khaine
Chevalier
avatar

Date d'inscription : 06/05/2012
Messages : 47
Localisation : Sur le champ de bataille. A moins que je ne lui préfère une bonne taverne.

Feuille de personnage:
Âge: 30 ans
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Coup d'estoc ✝ Ari. [TERMINE]   Mar 12 Juin - 16:53

L’épée décrivit un arc de cercle rapide, frôlant Randon qui dû bondir en arrière pour échapper à la morsure insidieuse de l’acier. Son rival était vif, précis dans les attaques qu’il portait et on sentait en lui l’assurance d’un homme qui avait l’expérience des combats. Un adversaire de valeur. C’était bien. Exactement ce que Randon recherchait. Le chevalier para habilement une nouvelle rafale de coups furieux qui s’abattaient sur lui. Le métal s’entrechoqua dans une gerbe d’étincelles brûlante et le sifflement des lames cherchant à déchirer la chair arracha un sourire sauvage au chevalier. Il aurait même pu en éclater de rire tant la situation le ravissait. La sueur et l’excitation des combats… Il aimait ça, plus que n’importe quoi d’autre. Sur le champ de bataille il se sentait vivre… Mais l’heure n’était pas aux inutiles rêveries poétiques.

Profitant d’une seconde d’inattention de son rival, Randon se porta brusquement en avant, feinta, visa la tête… Son adversaire n’eût que le temps de remonter sa garde pour éviter que la lame ne lui ouvre le crâne. Exactement ce que Randon escomptait. Rapide et précis, le chevalier aux cheveux d’ébène lui porta un coup de genou au ventre, à présent sans protection, suffisamment puissant pour que l’homme soit renversé en arrière. Après quoi il appliqua sa lame sur le cou de son ennemi vaincu.

▬ Tu es mort, constata sobrement Randon, sans que sa voix exprime la moindre émotion.
Il pouvait voir le sang pulser dans les veines de la gorge de l’homme. Un seul mouvement et s’en était fini de lui… Sa vie ne tenait plus qu’au fil d’une épée, songea Randon.

Et il écarta sa lame du cou du chevalier, avant de rengainer lentement son arme.

▬ Joli coup d’estoc, complimenta Radon en tendant une main secourable à ce lui qui était encore son rival quelques instants plus tôt. Beau combat. Stimulant. On remet ça quand tu veux, mon frère.

Et sans attendre la réponse de l’intéressé, le chevalier tourna les talons, non sans avoir auparavant administré une claque virile sur l’épaule de son compagnon. Il traversa à pas rapide le terrain d’entrainement, répondant aux saluts de quelques une de ses connaissances, tandis que d’autres s’écartaient prestement sur le passage de ce colosse basané.

Randon était évidemment un habitué du terrain d’entrainement, et il s’écoulait rarement un jour sans qu’il ne s’y rende, pour s’exercer avec ses compagnons d’armes ou s’occuper de la formation des écuyers, bien qu’il apprécie peu la compagnie turbulente de ces derniers. En parlant d’écuyer, le chevalier en apercevait justement toute une bande – Oui, ces bêtes-là se déplaçaient toujours en troupeau – assis sur une barricade, non loin des écuries. Parmi cette joyeuse assemblée se trouvait également le plus exécrable de tous ses petits avortons aux yeux de Randon, Louis de Loonois, le fils d’un puissant seigneur, dont l’arrogance n’avait d’égal que la lâcheté. Comme d’habitude, l’écuyer était occupé à ergoter devant ses petits camarades, avec de grands gestes et en parlant si fort que Randon ne perdait pas un miette de ses fanfaronnades.

▬ … père dit que je deviendrai un grand chevalier et que je suis déjà un grand combattant. Il m’a même fait forger ma propre épée, dans un véritable alliage d’acier. Tout en parlant le petit morveux exhibait son ridicule bout de ferraille comme s’il s’agissait de la légendaire Excalibur. C’est autre chose que ton tranchoir rouillé, hein Henry ? Continuait-il d’un ton moqueur en s’adressant à un autre gamin. Enfin quand on est pauvre… Mais j’aurai quand même honte à ta place, d’oser me présenter avec cette… chose sur le terrain d’entrainement. Nous sommes là pour apprendre le combat pas pour égorger les porcs ! Quoi qu’en ce qui me concerne, je n’ai plus guère à apprendre…

Et il continuait ainsi, semblant ne jamais vouloir s’arrêter. Un sourire carnassier étira les lèvres de Randon. Il allait montrer à ce petit merdeux arrogant toute l’étendue de ce qu’il lui restait à apprendre… D’un pas étonnement silencieux au vu de sa carrure, le chevalier s’avança dans le dos du jeune garçon et avant que celui-ci ne comprenne ce qui lui arrivait, il était suspendu à un mètre du sol par Randon, qui le tenait à bout de bras par le col de son pourpoint.

▬ Silence, petit avorton.

Randon laissa retomber le petit dans la boue du terrain d’entrainement, il avait de suite moins fière allure et paraissait même près à s’oublier dans ses chausses.

▬ Montre donc à tes amis ce que tu sais faire de ta redoutable épée.

A ces mots le chevalier dégaina sa propre lame, qui devait être environ deux fois plus haute que le gamin lui-même. Au bas mot.

▬ Mais… Mais… Mon pè-père…

▬ Quoi ? Qu’est-ce qu’il va me faire ton père ? Allez en garde le morveux.

Le moins qu’on puisse dire c’est que l’affrontement fut bref. Il ne fallu que quelques instants pour que le sale gosse se retrouve le nez en sang, au sol, le pied de Randon comprimant sa poitrine. Mais le chevalier ne s’arrêta pas là. D’un geste brusque il arracha son épée des mains du jeune garçon et agrippant à pleine main la lame fine de l’épée de l’écuyer, il la tordit brusquement sur son genoux, sans soucier du sang qui coulait de ses paumes écorchées.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane du Mélèze
Domestique
avatar

Date d'inscription : 30/12/2011
Messages : 438

Feuille de personnage:
Âge: 19 ans
Camp: Aucun
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Coup d'estoc ✝ Ari. [TERMINE]   Mar 12 Juin - 20:38

Depuis le début de la journée, Ariane ne fait que courir dans tous les sens. Tantôt elle doit passer récupérer le linge à la buanderie, pour l'étendre et le faire blanchir, tantôt elle doit aider à la cuisine, à préparer les repas, tantôt elle doit ranger les différentes salles du château. Elle croit qu'elle n'a jamais été autant demandée, et elle ne comprend pas pourquoi tout à coup elle a une telle masse de travail à accomplir. On lui demande de nettoyer une salle, de nourrir les poulets, de porter des draps dans une chambre, de ranger un salon, d'aller balayer la cour intérieure, de porter des plateaux de biscuits à l'heure du thé... Elle obéit sans répliquer, s'exécute sans rien dire, souriante comme à son habitude. Ce n'est pas une fille à se laisser marcher sur les doigts de pied, mais elle ne fait pas non plus son intéressante, ne se rebelle pas et ne veut pas passer pour une impertinente qu'elle n'est pas. Elle est très ouverte, aux autres, à la société, et se fait aisément apprécier. Il est vrai aussi que cette ouverture d'esprit et ce caractère avenant peuvent lui attirer des regards jaloux et donc être à l'origine de rivalités qu'elle ne comprend pas toujours tout de suite. Cependant, elle n'attire pas particulièrement l'attention, passe inaperçue étant de naturel discret et ne voulant pas trop se faire remarquer. On la voit comme servante et la traite aussi de la sorte, sans plus.

C'est l'après-midi, le soleil commence à décliner sur l'ouest, plus orange que jaune. Il n'est pas souvent visible, et ceux qui peuvent en profitent pleinement. Il semble apporter la bonne humeur et la sociabilité, les gens sont plus avenants quand ils voient le beau temps au dehors. Les quelques fois où elle est passée dehors, Ari s'est arrêtée pour observer les chevaliers s'entraîner. Mais, n'ayant pas le temps, elle n'était restée que quelques instants avant de devoir reprendre le travail. Elle regrette de ne pas faire partie d'eux. Finalement, quand elle y réfléchit bien, elle aime cette ambiance qu'ont les hommes entre eux, du moins les chevaliers, ceux qui sont loyaux et justes. Ils se battent les uns contre les autres un temps, avec une rage des plus féroce, si bien qu'on peut croire à une haine totale, mais se serrent la main une fois le combat terminé, se tutoient, s'appellent frères, se sont plus fidèles qu'il n'est possible de se l'imaginer. Oui, elle veut bénéficier de cette amitié fusionnelle et sans limites, de cette reconnaissance et de ces blagues. Elle ne rêve que d'une chose, de les rejoindre. Elle n'hésiterait pas, si elle n'était pas occupée, d'ailleurs. Mais non seulement a-t-elle du travail plein la planche, en plus, elle serait mal vue, elle le sait bien. C'est le seul défaut qu'elle peut trouver à cette communauté, celui de ne pas accepter les femmes parmi eux. C'est le cas partout. Mais cela la dégoûte particulièrement lorsqu'il s'agit des chevaliers, à la compagnie desquels elle aspirait si fortement. Elle en fait partie chez Arthur, soit, mais cacher son identité lui enlève une grande partie de la joie que lui procure leur compagnie.

En revenant du jardin, où il y a une partie réservée au linge, les mains pleines de draps, Ari s'arrête une seconde fois au bord du terrain d'entraînement. D'un regard circulaire, elle reconnaît les chevaliers qu'elle a vu s'exercer en passant dans la direction inverse. La majorité d'entre eux n'ont pas beaucoup changé de position ni d'occupation, mais son œil est attiré très vite par une espèce de colosse entre un groupe de jeunes. Ils doivent avoir la quinzaine, alors que lui fait le double de leur âge. Le torse nu, il expose au public une masse impressionnante de muscles frémissants, ses cheveux longs flottent au vent derrière lui et il luit de sueur. Elle reconnaît Randon Khaine, un chevalier dont elle a souvent entendu parler au château par les différents domestiques et même par certains nobles. C'est une brute, à ce qu'il parait. Une brute sans cervelle et sans cœur. Il est vrai qu'il est imposant, intimidant. Et lorsqu'elle se détache de son visage et de son physique pour contempler ceux des autres, elle remarque leur air ahuri, béat, et terrorisé de respect. Elle remarque alors sa posture, et se rend compte qu'il a posé un pied sur la poitrine d'un de ces gamins. Le sable rougit sous son visage. Elle n'hésite pas un instant et avance d'un pas rapide et déterminé en sa direction. Pour qui se prend-il, à traiter ainsi les plus faibles que soi ? A s'en prendre de la sorte à un écuyer qui n'est pas même adulte ? Une vague de mépris et de colère se lève en elle. Elle est prête à exploser.

- Comment oses-tu ? Tu n'as pas honte ? Libère-le tout de suite !

lui crie-t-elle, une fois arrivée devant lui, sans se soucier de le tutoyer. Il vient de tordre de ses propres mains - maintenant en sang - une épée qu'elle devine avoir appartenu à l'écuyer. Elle le regarde dans les yeux, essayant de lui communiquer tout ce qu'elle ressent envers lui. Elle sait que ses yeux transmettent très bien ses sentiments, qu'elle arrive à faire peur aux gens si elle les regarde trop intensément. Elle sait aussi les contrôler, cacher ses émotions de façon à ne pas être trahie par un simple regard. Mais là, elle leur laisse libre court, elle les laisse le foudroyer, autant que possible, d'éclairs verts dont elle se sait capable. On le lui a souvent reproché, d'ailleurs, mais cela peut s'avérer être un avantage lorsqu'elle se retrouve dans des situations comme celle-ci. Elle fait plus d'une tête de moins que lui, et est de fois plus mince. Sa robe de domestique et les draps qu'elle porte à la main la rendent ridicule, elle le sait. Un instant, elle remarque que le silence s'est fait dans les plus proches environs, bien que les soldats plus écartés continuent à combattre, heureusement. Mais cette réalisation ne perturbe pas moins sa détermination et elle ne détourne pas le regard. Une chose est sûre, ce "chevalier" ne s'en sortira pas comme ça.

- Comment peux-tu prétendre être un chevalier ? Espèce de lâche !

Dit-elle d'une voix pleine de mépris, et elle crache par terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lescolombesdestcyr.forumactif.com
Randon Khaine
Chevalier
avatar

Date d'inscription : 06/05/2012
Messages : 47
Localisation : Sur le champ de bataille. A moins que je ne lui préfère une bonne taverne.

Feuille de personnage:
Âge: 30 ans
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Coup d'estoc ✝ Ari. [TERMINE]   Mar 12 Juin - 23:53

Ecrasant toujours son fragile adversaire de son poids comme de sa hauteur, Randon jeta négligemment au pied du groupe de jeunes écuyers les restes tordus de ce qui avait été, quelques instants plus tôt, une épée flambant neuve. Un clin d’œil en direction du groupe de jeune gens médusés vint appuyer ce geste, faisant naître quelques sourire sur les lèvres encore enfantines. Il était clair que si Randon pouvait lire la crainte dans leurs regards, les écuyers n’était pas pour autant mécontents de voir enfin leur encombrant camarade remit aussi énergiquement à la place qui était la sienne. Mais une personne au moins dans l’assistance n’était pas de cet avis.

▬ Comment oses-tu ? Tu n'as pas honte ? Libère-le tout de suite !

Non sans omettre de continuer à comprimer consciencieusement la poitrine du petit morveux, Randon pivota lentement vers la femme qui venait de prendre la parole. Enfin, prendre la parole… Hurler aurait probablement été un terme plus approprié. Et cette petite insolente avait osé lui donner un ordre, à lui… Fronçant ses sourcils broussailleux, le chevalier détailla l’effrontée de haut en bas. Jeune, blonde, petite et les bras chargé de linge. Le sommet de son crâne devait arriver quelque part entre le nombril et le bas des imposants pectoraux de Randon, ce qui ne l’empêchait pas de foudroyer le chevalier du regard, comme s’il elle s’apprêtait à lui sauter dessus pour… Pour quoi exactement ? Lui tirer les cheveux ? Marteler son torse bardé de muscles de ses petits poings minuscules ? Le colosse eut d’abord un sourire, avant d’éclater d’un rire franc et retentissant.

▬ Que je le libère ? Et pourquoi donc, ma petite chérie ? Pour tes beaux yeux ? rétorqua le chevalier toujours hilare, en se penchant un peu pour rapprocher son visage de celui de la jeune fille, tâche des plus complexes au vu de la différence de taille impressionnante.

C’était là pure provocation, le chevalier était simplement curieux de voir jusqu’où la petite blonde pourrait aller pour défendre celui qu’elle prenait pour un malheureux innocent. Ce qui était bien loin de la vérité d’ailleurs. La jeune fille aurait sans doute été moins encline à prendre sa défense si elle l’avait entendu se moquer de son camarade sous le seul prétexte qu’il était « pauvre ». Evidemment, Randon aurait pu expliquer tout ça à la petite servante en colère, mais cela reviendrait pour lui à se justifier de ses actes, chose qu’il avait toujours refusée. Il estimait n’avoir de comptes à rendre à personne, et surtout pas à une domestique. Mais cette dernière ne parut pas se dégonfler pour autant.

▬ Comment peux-tu prétendre être un chevalier ? Espèce de lâche ! avait-elle glapit avant de cracher au pied du colosse.

Elle avait du cran, il fallait le reconnaître, mais Randon ne pouvait tolérer un tel affront. N’importe qui d’autre qui lui manquerait ainsi de respect aurait probablement pris une dérouillée qui ne s’oublie pas de sitôt, mais n’en déplaise à ceux qui le traitaient de brute sans cœur, Randon s’était toujours refusé à lever la main sur les femmes. Aussi se contenta-t-il d’une réplique verbale, mais non moins acérée.

▬ Et toi, comment peux-tu prétendre savoir ce qu’est un chevalier, femme ? Retournes donc à tes lessives, gronda le colosse en désignant le fagot de linge du menton, et cesse de te prendre pour un homme. Ce n’est certainement pas toi qui m’apprendras quel est l’honneur d’un chevalier.

Une colère soudainement avait vibré dans la voix du colosse, inquiétante. Il n’aimait pas qu’on porte atteinte à son honneur, même s’il en avait une conception toute personnelle.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane du Mélèze
Domestique
avatar

Date d'inscription : 30/12/2011
Messages : 438

Feuille de personnage:
Âge: 19 ans
Camp: Aucun
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Coup d'estoc ✝ Ari. [TERMINE]   Mer 13 Juin - 6:53

[HRP : EEh, je ne suis pas non plus si petite que ça ! èé Même petite est un grand mot, c'est juste toi qui est énorme ! Bref, je prends ca pour du point de vue trèèèès interne XD]

Le colosse jette avec désinvolture l'épée de l'écuyer par terre, au milieu du demi-cercle de ses comparses secoués par les événements. Comme pour qu'elle aille le rejoindre dans le sable, aussi tordue que lui. Sous le sang qui la macule et qui maintenant coule des paumes du chevalier, Ari distingue la brillance d'un acier de qualité. Elle ne peut s'empêcher de la trouver ridicule, tout comme elle trouve le gamin ridicule, en train de se faire écraser par la jambe de son adversaire. Il n'a même pas la force de se dégager. Et c'est elle, une servante, qui est obligée d'intervenir pour lui. D'un certain côté, c'est pitoyable. Mais cette pitié qu'elle éprouve envers le garçon se tourne entièrement vers celui qui le domine, et se transforme en d'autant plus de mépris. Ce dernier s'est retourné, toujours avec désinvolture, vers elle et la toise, la détaille de haut en bas, comme s'il n'en croyait pas ses oreilles ni ses yeux. Il semble hésiter sur la conduite à adopter, mais se décide à le prendre à la légère. Elle le voit éclater d'un rire qui lui sonne faux et qu'elle trouve d'autant plus ridicule qu'il sort de la gorge de cet homme. Il n'a pas d'autre idée que de se moquer d'elle.

- Que je le libère ? Et pourquoi donc, ma petite chérie ? Pour tes beaux yeux ?

Une tentative de blague ? En tout cas, Ari n'a pas l'intention de rire. Tout comme elle n'a pas l'intention de se laisser déconcerter par des attaques personnelles. Ce n'est pas sa dignité qui s'en prend un coup, mais celle du chevalier. Il rapproche son visage, mais la jeune fille ne recule pas. Il le prend visiblement pour un acte décrédibilisant, lui rappelant sans cesse qu'elle fait la moitié de sa taille. Il le souligne aussi bien dans ses paroles que dans son comportement. Mais en regardant autour d'elle, Ari sait qu'elle est loin d'être petite. Elle s'estime même au dessus de la moyenne, pour les femmes du moins. Pas énormément au dessus, mais elle en dépasse pas mal, et même certains hommes sont plus petits qu'elle sur ce terrain d'entraînement. Non, quoique ce colosse pense d'elle, elle n'est pas petite. Comparée à lui, soit, mais en compagnie des gens normaux, elle fait partie des plus grands. Et puis de toute façon, ce n'est pas la grandeur physique qui compte, du moins pour elle, mais celle de l'âme. Et elle ne se gène pas pour le lui faire remarquer :

- Comment peux-tu prétendre être un chevalier ? Espèce de lâche !

Alors, l'expression, l'attitude du "chevalier" change du tout au tout. Devant ses yeux, Ari voit le visage du colosse se tendre, ses narines se dilater, sa mâchoire se serrer et ses yeux se plisser. Au moins, ses paroles ont l'effet escompté. Oui, il est en colère, il est littéralement horrifié par ce qu'elle vient de lui dire. Et il le mérite bien ! Ariane ne pense même pas aux conséquences possibles de ce qu'elle vient de dire. Elle sait bien qu'elle peut finir en prison, si le chevalier a de l'influence sur le roi ou les autorités. Elle sait aussi qu'elle peut finir dans un fossé, violette de coups, les vêtements déchirés et le visage en sang. Tout dépend du comportement de l'homme en question. S'il n'est pas un bon chevalier comme il se doit, ce que le colosse, visiblement, n'est pas, elle peut s'attendre à tout. Mais la question n'est pas là d'après elle, et elle ne se préoccupe que peu de sa propre personne.

- Et toi, comment peux-tu prétendre savoir ce qu’est un chevalier, femme ? Retourne donc à tes lessives et cesse de te prendre pour un homme. Ce n’est certainement pas toi qui m’apprendras quel est l’honneur d’un chevalier.

Ari lève un sourcil, incrédule bien que s'y étant attendue. Elle s'est bien doutée qu'il réagirait de la sorte, vu comme il a traité le petit. Elle ne bouge pas d'une once, mais à l'intérieur, elle doit l'avouer, elle ressent cette frustration que donne le mélange de la peur et de la colère. Elle a envie de lui foutre une claque, de lui prendre son épée et de lui montrer qu'elle n'a pas peur, qu'il ne l'intimide pas. Il pourrait aller se faire voir avec ses lessives. D'ailleurs, si les hommes faisaient une part de ce que les femmes font, ils auraient peut être bien cet honneur dont il parle. Si seulement elle n'était pas une simple domestique, mais une noble bien placée qui ne risquait pas la potence et pouvait s'adresser à n'importe qui comme elle le voulait sans ne rien craindre... Mais finalement, Ari ne craint pas la potence, elle ne peut pas s'empêcher d'intervenir pour l'écuyer et pour des valeurs qu'elle juge essentielles, quelles qu'en soient les conséquences.

- Avant d'être un chevalier, tu es un homme et l'honneur d'un homme ne dépend pas de sa condition. D'homme à homme, tu lui dois le respect. Alors relâche-le !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lescolombesdestcyr.forumactif.com
Randon Khaine
Chevalier
avatar

Date d'inscription : 06/05/2012
Messages : 47
Localisation : Sur le champ de bataille. A moins que je ne lui préfère une bonne taverne.

Feuille de personnage:
Âge: 30 ans
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Coup d'estoc ✝ Ari. [TERMINE]   Ven 15 Juin - 2:00

HRP:
 

Un instant, Randon pensa que la petite blonde hargneuse allait lui sauter dessus pour le gifler. Ce qui aurait été une mauvaise, très mauvaise idée. Oh, le choc n’eût probablement pas été très violent pour le colosse, mais l’affront, lui, aurait été intolérable. Le chevalier avait beau se montrer d’ordinaire indulgent avec les femmes, il ne supporterait pas pour autant d’être humilié publiquement. Peut-être la jeune fille en était-elle consciente, elle aussi, toujours est-il qu’elle contint ses velléités de rébellion pour se contenter d’une réplique verbale.

▬ Avant d'être un chevalier, tu es un homme et l'honneur d'un homme ne dépend pas de sa condition. D'homme à homme, tu lui dois le respect. Alors relâche-le !

Loin d’attiser le feu de la colère qui brûlait en Randon, ses paroles le calmèrent. La petite n’avait pas tord, songeait-il, dans le fond… Et dans le fond uniquement. Ses propos étaient certes empreints de vérité, mais ils ne s’appliquaient, dans l’esprit du chevalier, qu’aux gens qui étaient eux-mêmes dignes d’être respecté. Ce qui n’était pas le cas d’un petit noble arrogant qui, à peine sorti des jupons de sa mère, pensait déjà tout connaître de la vie.

▬ D’homme à homme, tu dis ? Le chevalier considéra son frêle adversaire d’un œil moqueur. Façon de parler, j’imagine. Mais dans le fond, tu n’as pas tord.

Un murmure de stupéfaction parcourut le petit attroupement qui s’était formé autours des belligérants. Voir Randon Khaine capituler devant une servante avait en effet de quoi choquer ceux qui le connaissaient de réputation. Et pourtant… Randon se recula un peu libérant le torse de l’écuyer. Il l’attrapa par le col, le remit sur pied, fit mine de lui serrer la main et… le bouscula brusquement. Le malheureux tituba, cherchant son équilibre, avant d’aller heurter de plein fouet le grand bac qui reposait contre le mur de l’écurie. Il bascula en avant et… tomba la tête la première dans le purin bien frais. Son visage couvert d’excréments malodorants émergea du bac dans l’hilarité générale, le rire rauque de Randon dominant tous les autres. A vrai dire, le chevalier riait tellement qu’il peinait même à reprendre son souffle pour parler.

▬ Eh bien mon garçon, te voilà libre ! N’oublies pas de passer le bonjour à ton vieux père de ma part surtout !

Après quoi le colosse se tourna à nouveau vers la jeune fille.

▬ Alors, la damoiselle est-elle satisfaite ? interrogea-t-il en se courbant dans une révérence des plus ironiques.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane du Mélèze
Domestique
avatar

Date d'inscription : 30/12/2011
Messages : 438

Feuille de personnage:
Âge: 19 ans
Camp: Aucun
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Coup d'estoc ✝ Ari. [TERMINE]   Ven 15 Juin - 13:52

- Avant d'être un chevalier, tu es un homme et l'honneur d'un homme ne dépend pas de sa condition. D'homme à homme, tu lui dois le respect. Alors relâche-le !

Le chevalier change alors d'expression devant les yeux d'Ari. Ses traits s'adoucissent, si l'on peut dire, sa respiration se calme, ses yeux quittent leur expression meurtrière. A cette vue, elle aussi se détend un peu. Les choses s'apaisent, apparemment, et elle ne peut etre qu'heureuse de ce changement. Elle ne tenait pas à l'enlisser avec elle dans une relation de haine mutuelle, elle n'est pas du genre à détester les autres. Elle aime bien mieux s'endendre avec son entourage, être à l'aise et sans rancune. Bien qu'elle n'hésite pas à s'exprimer contre ce qui lui déplaît - lorsqu'elle le juge approprié bien sûr - elle préférerait ne pas avoir de motif pour être en colère. Elle est très sociale tout en étant discrète, ce qui lui permet de connaître beaucoup de personnes et de savoir beaucoup de choses sans qu'on s'en doute. Mais il fallait avouer que sur ce coup là, elle s'était fait remarquer par la moitié du terrain d'entraînement.

- D’homme à homme, tu dis ? Le colosse baisse les yeux vers le corps à ses pieds avec un sourire narquois. Façon de parler, j’imagine. Mais dans le fond, tu n’as pas tort.

Intérieurement, Ari sourit. Elle est rassurée, en fait, que l'homme soit un tant soit peu d'accord avec elle, qu'il ne soit pas aussi méprisable qu'elle l'a cru à première vue. Autour d'eux, un attroupement s'est formé et une vague d'étonnement le parcourt lorsque le colosse lui donne raison. Il recule, enlevant son pied du torse de son adversaire qui n'a pas bougé depuis le début. Il n'a même pas cherché à se dégager. Il était vrai qu'il n'avait pas beaucoup d'honneur, lui non plus. Le colosse le relève par le col et le tient en l'air à bout de bras avant de le reposer à terre. Il a l'air complètement sonné, il ne réagit pas et ne semble pas réaliser l'humiliation qu'il a subie. Le chevalier lui serre la main puis le bouscule brusquement. Il n'arrive pas à trouver l'équilibre et va s'écraser dans un tas de crottin à plusieurs mètres d'eux, comme quelqu'un qui s'est bourré dans une taverne et que l'on a jeté dehors à coup de pied. Pathétique, elle doit l'avouer. Elle ne peut s'empêcher de sourire pendant que l'assemblée se tord de rire. Le chevalier reprend ses esprits pour pouvoir parler, ridiculisant encore plus l'écuyer qui l'est déjà assez.

- Eh bien mon garçon, te voilà libre ! N’oublies pas de passer le bonjour à ton vieux père de ma part surtout !

Il se retourne vers Ari et parodie une révérence, riant toujours. Elle ressent un pincement vexé, mais une certaine sympathie s'impose dans son esprit envers ce géant moqueur. S'il n'était pas une telle brute, et s'il ne se prenait pas pour le meilleur de cette manière arrogante, elle sent qu'elle pourrait l'apprécier.

- Alors, la damoiselle est-elle satisfaite ?

- Oui m'sieur ! Bien m'sieur ! dit-elle à voix forte en esquissant le salut militaire qu'elle avait vu faire par les soldats, claquant des talons et se tenant droite.

Puis elle jette un coup d'oeil espiègle au chevalier, émet un petit rire et part à pas légers mais rapides, courant presque. Elle n'était pas sensée s'attarder dehors, et elle s'attend à recevoir la morale par les personnes chargées de superviser les domestiques. Elle ne peut pas cependant s'empêcher de penser à ce chevalier bizarre, énorme, intimidant, le torse nu sous le soleil et la pluie de coups d'épée mais sans aucune tache de sang, cette moquerie qui ne semblait pas le quitter et cet caractère lunatique, prêt à exploser tantôt de colère, tantôt de rire, et surtout cette réputation de brute. Quel dommage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lescolombesdestcyr.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coup d'estoc ✝ Ari. [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Coup d'estoc ✝ Ari. [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral
» Coup raté, coup réussi, — “coup d’Etat” sans Etat
» Coup d’État en Haïti « revisité
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeux :: Corbeille :: Anciennes présentations RP-