CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Au peuple ! Une nouvelle intrigue, un nouveau staff, des nouvelles parties RPG... Un RENOUVEAU est mis en place. Veuillez aller vous recenser et donner votre avis dans le Crieur Public =D

Partagez | 
 

 Quand sonne le tocsin... | Morgane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Severan Vaughan
Chevalier
avatar

Date d'inscription : 14/08/2011
Messages : 35

Feuille de personnage:
Âge: 44 ans
Camp: Arthur
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Quand sonne le tocsin... | Morgane.   Mar 29 Mai - 18:52

C’est le bruit des cloches sonnant à toute volée qui tira Severan du profond sommeil dans lequel il était plongé. Un instant hébété d’être ainsi tiré de ses songes, l’ancien chevalier ne tarda pourtant pas à se reprendre. Il bondit souplement sur ses pieds et entreprit de se vêtir en toute hâte. Pourquoi tant d’empressement pour un simple tintement de cloche, me direz-vous ? Tout simplement parce que Severan savait ce que cela signifiait. Un danger menaçait le château. Les menaçaient tous, même. Mais quoi ?

L’ancien chevalier n’eut pas à patienter bien longtemps pour trouver la réponse à sa question muette. A peine avait-il fini d’enfiler sa chemise que des coups brutaux étaient frappés à la porte de sa chambre. Sans omettre de s’armer de son épée, il s’avança et ouvrit brusquement la porte, brandissant la lame acérée de son arme sous le nez de ses visiteurs. On n’était jamais trop prudent, surtout quand le tocsin sonnait dans toute la ville.

Fort heureusement, il ne s’agissait pas d’ennemi mais d’un groupe de soldats engoncés dans une armure aux couleurs d’Arthur, et à l’air passablement effrayés.

▬ Veuillez nous excuser, messire, déglutit l’un en jetant un regard inquiet sur la lame qui avait bien faillit lui trancher la carotide, mais le roi Arthur en personne requiert vos services.

▬ A quel sujet ? interrogea sèchement Severan, dont les sourcils s’arquaient en une mimique fort peu conciliante.

Au vu de la situation, l’affaire était probablement d’importance.

▬ Au sujet de… de… Une affaire de magie, messire.

A ces mots, l’ancien chevalier soupira. Il était de coutume à Camelot qu’Arthur fasse appel à lui dès qu’il s’agissait de magie. L’autre reprit.

▬ Un magicien – peut être deux - qui se seraient introduit à Camelot. Du moins c’est ce qui se dit. Et le roi souhaite que vous leurs donniez la chasse. Il nous a envoyé ici vous assister. Nous sommes à vos ordres, messire.

Pour toute réponse Severan hocha sèchement la tête, mais en son fort intérieur, il bouillonnait. Un magicien, ici, à Camelot ! Il avait du mal à croire qu’un de ces pleutres avait osé pénétrer dans un château où on avait coutume de brûler sans procès les vermines de son espèce. D’un pas rapide, l’ancien chevalier retourna dans sa chambre, attrapa une petit fiole posé sur une étagère et avala cul-sec le contenu. Il avait bien fait d’en préparer un peu d’avance, un peu d’aide ne serait pas de trop si un magicien rodait. Evidemment, il y avait les effets secondaires… Mais le temps qu’ils se fassent sentir, l’affaire serait expédiée, d’une façon d’une autre.

▬ On dit que le sorcier a été aperçu dans le parc, messire, continua le soldat alors que Severan ressortait de sa chambre. C‘est probablement par ici qu’il faudrait lancer les recherches…

Le ton de l’homme paraissait toutefois bien hasardeux.

▬ Bien. Suivez-moi, ordonna Severan sans plus de fioritures. Et l’ancien chevalier s’engagea dans les couloirs agités du château, l’épée à la main et suivit de près par le détachement de soldats sous ses ordres. La troupe gagna rapidement le parc, sous les regards inquiet des quelques courtisans qu’ils croisèrent en chemin.

Une fois leur objectif atteint, ils entreprirent de fouiller le parc de fond en comble, n’hésitant pas pour cela à tailler dans le vif, ou plutôt dans les buissons, dans le but manifeste de débusquer tout individu qui aurait eu la piètre idée de s’y dissimuler. Mais après nombre d’efforts, il fallu se rendre à l’évidence : il n’y avait pas ici la moindre trace du passage d’un mage. Il était pourtant fort probable que cette vermine soit encore dans les parages…

Severan jeta un regard furieux à la masse sombre du château qui le surplombait. Le mage était probablement là, quelque part, peut être même tout près… C’est alors que le regard de l’ancien chevalier fut attiré par la lueur dansante d’une chandelle à une fenêtre. Une fenêtre de la suite royale. Probablement celle de dame Morgane, la pupille du roi… Plissant les yeux, les chevaliers cru apercevoir une ombre, celle de la pupille probablement… Et deux autres. Or il était fort probable qu’il y ait deux magiciens au château, ne pu s’empêcher de penser Severan, conscient que cela revenait à accuser la fille adoptive d’Uther Pendragon de complicité dans cette affaire.

L’ancien chevalier faisait probablement fausse route, dame Morgane était une jeune femme charmante, mais… Il y avait toujours eu un « mais », une gêne entre lui et Morgane, sans pour autant que Severan parvienne à se l’expliquer. Et son instinct lui criait qu’il avait raison. Il fallait qu’il en ait le cœur net.

Severan faussa discrètement compagnie au détachement de soldat, repartant d’où il venait. Une fois à l’intérieur du château, il parcourut d’un pas rapide les vieux couloirs et finit par arriver, après avoir traversé la moitié du château, à proximité de la suite royale. Il tourna au bout d’un couloir et… tomba presque nez à nez avec dame Morgane.

Restant un instant interdit, l’ancien chevalier finit toutefois par prendre la parole.

▬ Ma dame, dit-il en la saluant de la tête, il n’est guère avisé de vous promener dans les couloirs ce soir. Comme vous le savez très certainement, on soupçonne des magiciens d’être parvenu à s’introduirent à Camelot. Sevran marqua une pause avant de reprendre. On ne peut jamais savoir ce que ces vermines d’ensorceleurs ont en tête, il serait plus prudent pour vous de retourner à votre chambre le temps que nous leurs ayons mis la main dessus. De nouveau, une pause. A moins que vous n’ayez quelques informations sur la façon dont ces sorciers ont pu réussir à pénétrer dans le château…

Le ton du chevalier demeurait aussi empreinte d'une froideur polie qu’à l’accoutumé, mais l’insinuation, elle, était très claire.

_________________

Merci Auty ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane le Fay
Pupille du Roi
avatar

Date d'inscription : 30/03/2011
Messages : 245

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Arthur
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Quand sonne le tocsin... | Morgane.   Mar 29 Mai - 20:50

Troublée, c’était un fait. Jusqu’à quel point ? Elle ne saurait le dire, mais cette soirée avait été riche en émotion. L’agitation régnait encore dans tout le château, bien que les choses commençaient à se calmer car les chevaliers commençaient à se rendre compte que la personne qui avait infiltré le château en pleine nuit s’était bel et bien enfuie… Une personne dont Morgane connaissait parfaitement l’identité puisqu’elle l’avait aidé à s’échapper. Il s’agissait en effet de Gabriel Turner… son frère. Oui, cette nuit-là, Morgane avait découvert qu’elle avait un frère. Elle l’avait également guéri et demandé de ne plus jamais revenir à Camelot, si bien que sa propre décision mélangées aux révélétions de cette soirée l’affectait. Ne parvenant pas à trouver le sommeil, Morgane décida ainsi de se rhabiller et de sortir de ses appartements. Elle ne serait pas bien utile à l’extérieur étant donné que Gabriel et Béatrix étaient déjà repartis. Mais c’était toujours mieux de faire semblant de chercher l’intrus plutôt que de rester triste et bouleversée dans sa chambre.

La jeune femme enfila une longue robe couleur bleu nuit, et sortit discrètement de sa chambre, descendant les escaliers, se fondant dans l’obscurité sans que l’on puisse percevoir le moindre bruit. Elle était finalement arrivée au cœur de l’agitation principale, observant les habitants du château courir un peu partout tandis que les chevaliers leur demandait de regagner leurs appartements tout en continuant leurs recherches. Finalement, Morgane se trouva rapidement lassée de ce qu’elle voyait. Elle n’avait pas vraiment la tête à se mêler à la foule car les pensées qui l’occupaient n’en disparaissaient pas moins, alors elle décida de faire demi-tour et d’emprunter un passage moins bruyant. Mais tandis qu’elle s’engageait dans un couloir qui, à priori, aurait dû être désert, elle tomba soudain nez à nez avec une personne qu’elle n’avait pas vue depuis quelques temps et qu’elle connaissait plutôt bien.

- Ma dame…

Sur le moment, la jeune femme eut un petit sursaut de surprise en le voyant car elle ne s’attendait absolument plus à croiser du monde du côté des appartements royaux. A vrai dire, c’était quelqu’un qu’elle aimait beaucoup et dont elle était proche depuis un certain temps, mais une sorte de distance régnait cependant toujours entre eux, pour une raison que Severan ignorait peut-être, mais que Morgane était obligée d’appliquer pour se protéger.

- Severan ?! Oh…Veuillez excuser ma surprise, je ne m’attendais pas à vous croiser ce soir.

Morgane lui adressa un sourire qui se voulait chaleureux. Severan était quelqu’un qu’elle appréciait tout particulièrement. Mais depuis qu’elle connaissait l’existence de ses pouvoirs, elle avait dû se montrer un peu plus réservée à son égard, car elle savait que Severan vouait une haine inconsidérable à tout ce qui était en rapport avec la magie. Elle savait également qu’Arthur l’appréciait tout particulièrement car il vivait en partie pour tuer tous les magiciens qui croisaient sa route. Et ce soir, on pouvait dire que Morgane en avait croisés, des magiciens...

- Il n’est guère avisé de vous promener dans les couloirs ce soir. Comme vous le savez très certainement, on soupçonne des magiciens d’être parvenu à s’introduirent à Camelot.


La jeune femme ne perdit pas de temps avant de lui répondre à son tour.


- En effet… J’étais justement venue voir de quelle façon progressaient les recherches.


- On ne peut jamais savoir ce que ces vermines d’ensorceleurs ont en tête, il serait plus prudent pour vous de retourner à votre chambre le temps que nous leurs ayons mis la main dessus. A moins que vous n’ayez quelques informations sur la façon dont ces sorciers ont pu réussir à pénétrer dans le château…


La jeune femme resta un instant silencieuse et ne réagit pas tout de suite à cette dernière remarque. Étant donné qu’elle risquait sa vie si jamais l’on découvrait qu’elle avait aidé les deux magiciens à s’enfuir au lieu de les livrer à Arthur, il valait mieux qu’elle se fasse la plus discrète possible. Mais entendre cette remarque de la part de Severan qui se voulait on ne peut plus claire suffit à lui faire comprendre qu’elle allait devoir se montrer deux fois plus prudente. La jeune femme connaissait Severan, et savait que ce genre de remarques n’étaient pas anodines. Il se doutait forcément de quelque chose… peut-être avait-il tout vu… mais tant qu’elle n’en avait pas la confirmation, mieux valait se dire que ce n’était pas le cas. Le regard de Morgane se posa ainsi sur Severan, et, comme si de rien n’était, elle s’exprima d’une voix aussi amicale qu’elle ne l’était habituellement en sa présence.

- Je vous remercie de votre inquiétude à mon égard messire Severan, mais vous savez bien qu’il faut plus qu’un peu de magie pour parvenir à m’arrêter. Quant à la façon dont les intrus se sont introduits dans le château, je l’ignore malheureusement car je me trouvais dans mes appartements. Je peux néanmoins vous dire ce que je sais…


La jeune femme marqua une courte pause, avant de reprendre la parole.

- Peu de temps après avoir entendue le tocsin retentir, je suis descendue à l’armurerie dans le but de prendre quelques armes pour me défendre en cas d’attaque. C’est alors que j’ai découvert une servante inerte sur le sol et que j’ai aussitôt demandé à ce qu’on en avertisse les gardes, après quoi je suis retournée à mes appartements.

Étant donné que c’était elle en effet qui avait demandé au serviteur d’Arthur d’aller prévenir les gardes afin de pouvoir discrètement entrer dans les appartements du roi, il fallait que toute sa version de l’histoire tienne la route, ce qui était à présent le cas et qui servirait à couvrir le fait qu’elle s’était discrètement rendue dans les sous-sols du château avant d’être retournée à ses appartements. Morgane continua s’observer Severan.

- Si je puis me permettre une remarque… Êtes-vous certain que ce sont bien des sorciers qui se sont introduits à Camelot ? Je ne vois pas quel intérêt ils auraient à faire cela sachant qu’ils risquent leur vie en franchissant ces portes... La menace qui pèse sur eux est déjà tellement forte alors que pour la plupart d'entre eux leur seul crime est d'être né avec des pouvoirs...


Par cette question, Morgane essayait à la fois de contourner les craintes de Severan en s'aventurant sur un autre terrain, mais également de tenter de lui faire comprendre quel crime on peut avoir à posséder des pouvoirs magiques. Elle ignorait de quelle façon Severan réagirait à ses dires, alors elle n'en dit pas davantage afin de savoir ce qui en résulterait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severan Vaughan
Chevalier
avatar

Date d'inscription : 14/08/2011
Messages : 35

Feuille de personnage:
Âge: 44 ans
Camp: Arthur
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Quand sonne le tocsin... | Morgane.   Mer 30 Mai - 23:31

Le regard scrutateur du chevalier ne quittait pas un instant dame Morgane, cherchant à déceler les signes du mensonge sur son si charmant visage. Mais il n’en voyait aucun, pas le moindre. La pupille se montrait tout aussi naturelle et amicale qu’à l’accoutumée.

▬ Je vous remercie de votre inquiétude à mon égard messire Severan, mais vous savez bien qu’il faut plus qu’un peu de magie pour parvenir à m’arrêter. Quant à la façon dont les intrus se sont introduits dans le château, je l’ignore malheureusement car je me trouvais dans mes appartements. Je peux néanmoins vous dire ce que je sais… Peu de temps après avoir entendue le tocsin retentir, je suis descendue à l’armurerie dans le but de prendre quelques armes pour me défendre en cas d’attaque. C’est alors que j’ai découvert une servante inerte sur le sol et que j’ai aussitôt demandé à ce qu’on en avertisse les gardes, après quoi je suis retournée à mes appartements.

Severan aurait été bien en peine de trouver quelque chose à redire à cette version. Lui-même n’avait rien vu, puisqu’il se trouvait dehors en train de fouiller vainement le parc, et c’était une simple intuition qui l’avait poussé à vouloir rendre visite à dame Morgane. Et s’il n’y avait pas de témoins… Alors il n’y avait pas non plus de preuves. Severan ne savait pas s’il devait s’en montrer furieux ou soulagé. Il appréciait beaucoup la pupille du roi, et découvrir qu’elle s’était rendue complice de magiciens l’aurait beaucoup chagriné… Mais d’un autre côté, cela répondrait à bien des questions que Severan se posait à son sujet… Le chevalier ne laissa pourtant rien entrevoir de ses soupçons lorsqu’il reprit la parole.

▬ Merci de ces précisions, dame Morgane. Ainsi les magiciens s’en sont pris à une servante… Voilà qui ne m’étonne guère de leurs parts. S’attaquer aux innocents ne semble pas leurs poser de problème, j’ai déjà eu l’occasion de le constater…

Un éclair de tristesse furtif était passé dans les yeux du chevalier à ces mots. Tout cela ravivait en lui des souvenirs douloureux… Mais Severan eût tôt fait de se reprendre.

▬ Enfin, l’essentiel est que vous soyez saine et sauve.

Et il était sincère sur ce point. Il avait déjà perdu suffisamment d’êtres chers par la faute des mages… Mages qu’il devait d’ailleurs s’employer à poursuivre, même s’ils étaient probablement déjà loin. Le chevalier s’apprêtait donc à prendre congé de la pupille du roi, lorsque celle-ci reprit la parole.

▬ Si je puis me permettre une remarque… Êtes-vous certain que ce sont bien des sorciers qui se sont introduits à Camelot ? Je ne vois pas quel intérêt ils auraient à faire cela sachant qu’ils risquent leur vie en franchissant ces portes... La menace qui pèse sur eux est déjà tellement forte alors que pour la plupart d'entre eux leur seul crime est d'être né avec des pouvoirs...

Un lourd silence lui tint lieu de réponse. Severan peinait tout simplement à croire ce qu’il venait d’entendre, et pourtant c’était bien vrai. Dame Morgane prenait la défense des magiciens tout simplement… Comment la pupille du roi Arthur pouvait-elle donc tenir de tels propos ? Il y avait ici de quoi raviver tous les soupçons du chevalier…

▬ Et moi, Ma Dame, puis-je me permettre une remarque ? Les sorciers que – pour une raison que j’ignore - vous semblez si encline à défendre, sont loin d’être aussi innocents que vous le prétendez… A moins qu’assassiner femmes et enfants, qui eux sont réellement innocents, ne sois pour vous pas un crime…

Evidemment, le chevalier faisait ici allusion à l’assassinat de sa propre famille… Mais pas seulement. Il avait depuis été témoin de nombre d’atrocités commises par des magiciens sans scrupules.

▬ Partout où ils passent, les magiciens ne répandent que le mal. Alors, certes, ils ne choisissent peut-être pas de naître mage, mais la façon dont ils emploient les dons qui leurs ont été accordés, ils en sont seuls responsables... Et je peux vous assurer que j'ai vu de mes yeux ces maudits ensorceleurs commettre des atrocités dont vous n'avez même pas idée !

Severan faisait de son mieux pour masquer la colère qui transparaissait dans sa voix, mais ce n’était guère concluant. Il prit une grande inspiration, s’exhortant mentalement au calme ; s’emporter ainsi devant la pupille n’était pas très correct pour un chevalier. Puis il reprit.

▬ Quant à savoir si nous avons eu ce soir affaire à des magiciens… Eh bien c’est ce que les témoins affirment, et je ne vois pas pour quelle raison ils mentiraient sur ce point.

_________________

Merci Auty ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane le Fay
Pupille du Roi
avatar

Date d'inscription : 30/03/2011
Messages : 245

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Arthur
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Quand sonne le tocsin... | Morgane.   Mar 12 Juin - 21:06

Les mots sortaient tout seuls, d´une façon qui en surprit la jeune femme elle-même en s´écoutant raconter son histoire avec tant de véracité qu´elle y croirait elle-même alors que la vérité était pourtant toute autre… Se découvrir un don pour le mensonge, voilà qui n´avait rien de bien séduisant pour la jeune femme, elle qui détestait cela en temps normal. Et si sa propre vie n était pas en jeu, croyez bien qu´elle aurait dit aussi bien ce qu´elle savait réellement que ce qu´elle avait fait, ce qui, dit en passant, elle affirmerait fièrement si jamais on la prenait sur le fait. Car plus le temps passait, plus la jeune femme ne désirait qu´une chose : que tout le monde sache enfin ce qu´elle était réellement et pourquoi elle agissait ainsi pour qu'elle n'ait plus à porter seule ce fardeau. Cela la peinait de voir les gens aussi haineux envers tout acte de magie, Severan étant l´un des principaux concernés car il faisait partie de ses amis et il en serait très certainement tout autre si jamais il découvrait que la jeune femme faisait partie de ces “monstres” qu´il détestait tant…

▬ Merci de ces précisions, dame Morgane. Ainsi les magiciens s’en sont pris à une servante… Voilà qui ne m’étonne guère de leurs parts. S’attaquer aux innocents ne semble pas leurs poser de problème, j’ai déjà eu l’occasion de le constater… Enfin, l’essentiel est que vous soyez saine et sauve.

Morgane n´avait pu ignorer cet air triste présent sur le visage de Severan au moment où il lui dit que l´attitude lâche des magiciens ne l´étonnait guère et qu´il avait déjà`eu l´occasion de pouvoir le constater. Mais malgré cela, la jeune femme avait pourtant continué à lui tenir tête, chose dont elle aurait peut-être dû s´abstenir afin de ne pas raviver les soupçons du chasseur de magiciens. Mais elle n´y pouvait rien, c´était plus fort qu´elle, même si cela devait la mettre en danger… Le prix d´une amitié était en effet plus important que bien des choses aux yeux de la jeune femme.

▬ Et moi, Ma Dame, puis-je me permettre une remarque ? Les sorciers que – pour une raison que j’ignore - vous semblez si encline à défendre, sont loin d’être aussi innocents que vous le prétendez… A moins qu’assassiner femmes et enfants, qui eux sont réellement innocents, ne sois pour vous pas un crime…


Dès l´instant même où il avait repris la parole, Morgane avait senti une pointe de colère monter dans la voix du chevalier. Plus elle s´avançait sur le terrain concernant les magiciens, et plus Severan perdait son calme, ce qui ne s´arrangea pas lorsqu´il continua.

▬ Partout où ils passent, les magiciens ne répandent que le mal. Alors, certes, ils ne choisissent peut-être pas de naître mage, mais la façon dont ils emploient les dons qui leurs ont été accordés, ils en sont seuls responsables... Et je peux vous assurer que j'ai vu de mes yeux ces maudits ensorceleurs commettre des atrocités dont vous n'avez même pas idée !

Les sourcils de la jeune femme se froncèrent légèrement à l´entente de ces dernières paroles. Elle finit alors par répondre à son tour.

- Ne vous méprenez pas messire… Vous êtes le premier homme qu´Arthur vient quérir dès que les traces d´un magicien se font sentir à Camelot. Vous n´êtes pas sans savoir que je réprouve ces pratiques et que c´est là mon principal sujet de désaccord avec le roi. Cela ne veut pas dire cependant que je défends les magiciens pour autant. Vous me connaissez Severan, et vous savez que la sécurité du royaume et de ses habitants m´importe plus que n´importe qui.

La jeune femme marqua une courte pause, avant de reprendre la parole.

- Daignez cependant comprendre pourquoi la question des magiciens me tient tant à cœur. Vous savez fort bien que j’agis toujours dans l’intérêt de ce qui me parait juste. Les assassins méritent la peine qui leur est infligée. Cependant, les magiciens, lorsqu´ils sont arrêtés, n´ont même pas droit à un procès avant d´être déclaré coupables et condamnés à mort pour pratique de sorcellerie. Pourquoi refuser de les juger avec équiter comme le reste de la population ? Méritent-ils selon vous de mourir avant même de savoir s’ils ont un jour commis un crime qui mérite réellement qu’on les condamne ?


Morgane s’arrêta soudain de parler, se rendant compte que la colère la faisait s’emporter à son tour. Si Severan avait pu un jour douté que la question des magiciens lui tenait à coeur, il était désormais fixé et savait à présent qu’elle comptait bien plus que ce qu’il n’aurait pu l’imaginer. Mais la jeune femme savait qu’avec de tels propos elle risquait de se voir encore une fois confronté à Arhtur si jamais cela venait à se savoir. Elle se ressaisit alors aussitôt et s’exclama avec une voix beaucoup plus douce et dénuée de toute agressivité.

- Je vous en prie, ne considérez pas mes paroles comme un affront... Mais j’ai assisté à chacune de ces exécutions, j’ai observé le visage de ces personnes que l’on brûlaient vives sur le bûcher, et certains d’entre eux ne possédaient pas une once de méchanceté dans leurs yeux. Alors oui... la question me tient à coeur...

Depuis qu’elle avait des pouvoirs, chaque fois que Morgane assistait à une nouvelle exécution de magiciens, elle se disait que cela pourrait être elle sur le bûcher, à la place de ces personnes que l’on brûlaient vives. Et si elle ne se montrait pas plus prudente à l’avenir et avec de telles paroles, elle allait finir par risquer d’exposer son secret au grand jour. La jeune femme tourna de nouveau le regard vers Severan.

- Je ne vous ai confié cela que parce que je vous considère comme un ami qui m’est cher et que je ne souhaitais pas vous cacher ce que j’éprouve. N’en dites pas mot à Arthur je vous en conjure... Il me sermonne déjà suffisamment à ce propos.

La jeune femme n’en rajouta pas davantage et attendit de savoir si les propos qu’elle venait de tenir n’allaient que révolter davantage Severan ou lui faire comprendre ce qu’elle ressentait. Après ce qu’il avait vécu, il était fort possible qu’il n’approuve en aucun cas ces propos, mais ce soir Morgane ne savait plus où elle en était après tout ce qu’il s’était passé, et la jeune femme avait éprouvé le besoin de se confier, bien que le fait de le faire avec un chasseur de magiciens n’était peut-être pas la meilleure chose à faire. Elle attendit de savoir ce qui découlerait de cela...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand sonne le tocsin... | Morgane.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand sonne le tocsin... | Morgane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Yoho, quand sonne l'heure...[pv Luth]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeux :: Corbeille :: Anciens RPs-