CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Au peuple ! Une nouvelle intrigue, un nouveau staff, des nouvelles parties RPG... Un RENOUVEAU est mis en place. Veuillez aller vous recenser et donner votre avis dans le Crieur Public =D

Partagez | 
 

 Blood & Sand | Gab.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Béatrix Ys
Magicien
avatar

Date d'inscription : 17/03/2011
Messages : 1057

Feuille de personnage:
Âge: 34 ans
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Blood & Sand | Gab.   Ven 20 Avr - 13:10

C’était la première fois en quinze longues années que je mettais les pieds dans ce que tous les nobliaux de la cours appelaient couramment « le quartier noir », avec souvent dans la voix des accents de dégoût mêlés de crainte. Inutile de dire que moi et mon ignorance naïve n’avions pas mis bien longtemps à comprendre le pourquoi du comment de cette douce appellation. Tout ici semblait en effet très sombre, du noir le plus noir qui soit, qu’il s’agisse des murs délicieusement crasseux des habitations délabrées ou du regard morose et résigné des passants qui se bousculaient dans un désordre si parfait qu’il prenait des allures de chaos. Il était clair que cet endroit n’était pas fréquenté par le gratin de Ceyrel, et j’avais beau avoir moi-même des origines tout à fait modestes, je ne me sentais pas à ma place ici. Je m’étais habituée à la vie calme, parfois même monotone, du château, et me retrouver soudainement au milieu d’une rue où il était plus fréquent de voir une maison close qu’un commerce ordinaire me mettait assez mal à l’aise.

Mais si je me trouvais ici en cette belle matinée de printemps, c’était pour une bonne raison. Gabriel m’y avait donné rendez-vous, dans les vieilles arènes du quartier noir, sans doute le lieu le plus improbable dans lequel j’aurais jamais pensé me trouver un jour. Eh oui, pour quelqu’un qui, comme moi, savait tout juste différencier une épée d’une hallebarde, ce n’était probablement pas l’endroit le plus indiqué qui soit. Enfin, mes piètres, voire inexistantes, performances martiales étaient pourtant bien la raison de ma présence en ce lieu. Gabriel semblait en effet nourrir l’espoir – probablement vain, il va s’en dire – de me transmettre ne serait ce qu’un peu de son talent en la matière, qui était lui tout à fait remarquable. Pour ma part, je me considérais depuis longtemps comme un cas désespéré, ce qui ne m’avait pas empêché de me laisser tenter, plus par plaisir de passer du temps avec lui que dans l’espoir de devenir une virtuose dans le maniement de la dague. Il était souvent absent ses derniers temps, parti au loin pour quelques missions dangereuses, et je me languissais tout particulièrement de sa présence.

Surtout que les choses étaient loin d’être roses, depuis que mon ami avait échappé de justesse à la mort, elles allaient même de mal en pis, à vrai dire. Ma rencontre avec Ariane, malgré ses circonstances sinistres, m’avait permis d’en comprendre la raison : dans ma hâte de venir au secours de Gabriel, j’avais commis quelques imprudences, dont il me fallait aujourd’hui payer le prix. Moi-même, j’étais complètement perdue, j’avais peur et pas la moindre idée de la marche à suivre pour me sortir de cette situation délicate sans causer plus de dommages. Mais Gabriel… Gabriel saurait peut-être lui. Encore fallait-il que je trouve une façon délicate de lui annoncer que je soupçonnais très fortement la femme d’un de mes anciens amis, décédée depuis des lustres, d’être revenue d’entre les morts avec l’intention manifeste de me causer du tort. Les griffures inexpliquées que j’avais maintenant l’habitude de retrouver un peu partout sur mon corps à mon réveil attestaient très bien de ce dernier point. Mais il fallait avouer que l’histoire n’en restait pas moins assez improbable, bien que je sois moi-même persuadée de sa véracité. Enfin, Gabriel saurait surement quoi faire. Il savait toujours. Mais tenir cette conversation entre deux coups d’épée promettait de ne pas être simple.

J’arrivais en effet en vue de ma destination, et comme je m’y attendais, les arènes ne semblaient guère plus reluisantes que le reste du quartier. Tout ici empestait la sueur et le sang des combattants, un lieu marqué par la virilité masculine en somme, et où je n’avais guère ma place. Les quelques individus entre lesquels je dû me faufiler pour accéder à la zone de combat sableuse semblait partager ce point de vue à en croire leurs regards légèrement ahuris. Fort heureusement, j’apercevais déjà Gabriel, non loin de là. Rien que de le voir, et j’en oubliais presque aussitôt tous mes soucis. Tout ce qui m’avait semblé préoccupant il y a quelque minute, comme le fait que je sois possiblement hanté par une morte ou encore la probabilité que je tienne bientôt un arme dans ma main plus apte à récolter des champignons qu’à soulever de l’acier, tout ça en devenait presque secondaire. Gabriel m’avait manqué, vraiment beaucoup, mais il était là maintenant et tout allait très bien se passer. Très, très bien.

En quelques pas, je l’avais rejoint ; et dans un geste impulsif et irréfléchi, mon corps se colla au sien, mes bras l’enlacèrent et mon visage vint se nicher dans son cou. Les grandes démonstrations d’affection n’étaient probablement pas les bienvenues au temple de la virilité et de la guerre, mais qu’importe, j’avais été incapable de me retenir.

"Hmmm, tu m’as manqué."

Les mains toujours nouées au bas de son dos, je sentais mon cœur cogner contre sa poitrine. Mais l’endroit n’était pas vraiment bien choisi pour me laisser aller à mon trop plein de sentiments, je me reculai un peu, plongeai mon regard dans le sien… Et au lieu de vert émeraude que je me plaisais tant à contempler, je ne vis que le sang. Du sang partout. Un élancement douloureux me transperca le crâne et une colère haineuse gronda soudainement en moi. Une fureur dirigée toute entière contre Gabriel, comme s’il était le responsable de ma douleur soudaine. Pour la toute première fois depuis notre rencontre, j’avais envie de lui faire mal.

Je me reculais un peu, vacillante, alors que m’échappait un gémissement de douleur incontrôlable ; le visage niché au creux de mes mains le temps que douleur et haine irrationnelles s’apaisent. Doucement, je relevai la tête, levai les yeux vers Gabriel et constatai avec soulagement que la colère comme la douleur s’étaient évaporées. Troublée, par cette expérience curieuse, je bafouillai d’une voix hésitante :

"Excuse-moi… J’ai eu… un étourdissement, sans doute. Un simple étourdissement."

Je manquais un peu de conviction. Mais la dernière chose que je souhaitais, c’était gâcher nos retrouvailles pour une petite douleur. Il serait bien temps un peu plus tard de se replonger dans les problèmes. Pour l’instant, j’aurais aimé profiter de quelques instants de tranquillité avec Gabriel, sans avoir à me soucier de rien d’autre. Je reprends, d’un ton plus enjoué cette fois.

"Mais ne t’inquiète pas, je suis toujours fin prête pour notre petit cours particulier. J’ai hâte d’apprendre à me servir de toutes ces, euuh…" Je jette un regard légèrement inquiet vers le monceau d’arme diverses et variées, d’apparence toutes plus effrayantes les unes que les autres. "De toutes ces… choses."

Je n’en reconnais pas la moitié.

_________________

Merci Auty pour ce kit magnifique *.*



Béatrix & Gabriel
Sel, ceylameilleure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Turner
Magicien
avatar

Date d'inscription : 11/04/2011
Messages : 442

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Blood & Sand | Gab.   Dim 20 Mai - 16:31

Respirer calmement. Se concentrer. Visualiser. Trouver un appui. Trouver des points faibles... Attaquer. Je me trouvais en plein centre de l’arène, entouré de cinq hommes armés de diverses instruments à lames toutes plus tranchantes les unes que les autres. Moi, je me trouvais sans bouclier, sans arme et seul. Aujourd’hui je décidai de m’entrainer à perfectionner mes pouvoirs de magicien. Je devais protéger tout en attaquant, et j’y étais parvenu prodigieusement bien. Les hommes étaient tous à terre et désarmés, et je n’avais pas la moindre blessure. Je savais qu’un ennemi mieux entrainé serait plus difficile à vaincre, mais j’étais tout de même satisfait de mes efforts. Je retirais alors mon t-shirt et m’essuyait avec ma serviette avant de boire de l’eau. C’est alors que je l’aperçus, elle, celle que j’attendais, celle que je me faisais une joie de retrouver. Béatrix. Je l’observais faire ses premiers pas en ce lieu, assez inquiète, mais toute son appréhension disparue alors au moment ou elle croisa on regard.

Elle m’avait enfin rejoint et pris dans ses bras. Certes ce n’était pas tellement le lieu approprié pour des embrassades, mais elle était comme ça, elle avait besoin de se sentir rassurer et ce n’était pas moi qui lui ferais le moindre reproche. C’est alors que Béatrix remit de la distance entre nous et je ne compris pas très bien ce qu’il se passa à ce moment la. Elle laissa échapper un gémissement de douleur sans même qu’une attaque ne soit portée contre elle, et je compris qu’il s’agissait d’une sorte de migraine lorsqu’elle plaqua ses mains contre ses tempes afin de se calmer. Je me rapprochais immédiatement d’elle.


- Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Si le fait de t’entrainer t’effraie tant nous pouvons toujours repousser...

Quelques secondes d’après, elle retrouvait sa mine douce bien que troublée et elle m’assura qu’il ne s’agissait que d’un simple étourdissement. Bien que je ne sois pas totalement convaincu, je préférais lui faire confiance, elle était plus apte que moi à savoir si ça allait bien ou non.

- Ne t’inquiète pas, je suis toujours fin prête pour notre petit cours particulier. J’ai hâte d’apprendre à me servir de toutes ces, euuh... De toutes ces... choses.

J’esquissais un léger sourire et tous mes doutes disparurent, j’avais bel et bien Béa en face de moi. Je me dirigeais vers ce quelle appelait "les choses" et me saisit de deux épées dont une que je lui tendis côté poignée afin qu’elle ne se blesse pas. Au regard qu’elle posait sur l’arme, je sentais déjà que se battre avec ne lui inspirais pas confiance.

- Pour l’instant nous nous entrainerons sur le plus classique, le combat à l’épée.

Je me positionnais en face d’elle et commençais enfin mon cours. Béa devait apprendre à se battre, et même si les armes ne l’intéressaient pas, je savais que savoir s’en servir lui apporterait plus de confiance et un sentiment de sécurité, ce dont elle avait besoin. Je n’étais pas toujours au château de Ceyrel, il fallait donc qu’elle sache se défendre seule.

- La technique de l’épée à deux mains repose tant sur sa puissance que sur son efficacité pratique. Sa portée est plus longue et sa puissance à la tranche bien supérieure à l'épée simple. L'utilisation des deux mains permet d'apporter outre la puissance des coups, beaucoup de subtilité dans son utilisation.

J’ignorais si Béatrix comprenait tout ce que je lui disais, mais si elle voulait devenir forte, elle aurait besoin de se concentrer, de m’écouter et de comprendre ce que je lui enseignais. Je repris donc la suite de mes explications.

- Il existe cinq positions primaires que tu devras assimiler. La posture médiane de Kron, la couronne. La garde haute d'Oberhut, du faucon. La garde basse Alber dite garde du fou. La garde arrière dite du serpent. Ainsi que la garde pendante dite du bœuf.

A chaque position dont je citais le nom, je lui montrais la posture qu’elle devait mettre en application. Je la sentais déjà un peu perdue, mais j’avais encore un long moment pour pouvoir lui expliquer, lui faire des démonstrations et l’entrainer.

- J’aimerais que tu me montres ces cinq postures avant de commencer physiquement à nous entrainer.

_________________


Merci Morgane <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Béatrix Ys
Magicien
avatar

Date d'inscription : 17/03/2011
Messages : 1057

Feuille de personnage:
Âge: 34 ans
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Blood & Sand | Gab.   Dim 20 Mai - 23:26

J’achève à peine ma phrase que Gabriel semble déjà prêt à entamer les « hostilités ». Il s’empare de deux longues épées, dont une qu’il me tend. J’attrape la poignée d’un geste un peu hésitant – comme si je n’étais moi-même pas vraiment persuadée de vouloir poursuivre la leçon – puis je la soupèse d’une main. Ou plutôt de deux mains, il ne m’en faut pas moins pour réussir à porter cette monstruosité. Je ne sais pas en de quel alliage l’arme est constituée, mais on peut dire qu’elle pèse son poids ! Un peu trop lourde pour ma musculature – je baisse les yeux vers mes bras – huuum, pas vraiment impressionnante, si vous voulez mon avis.

"-Pour l’instant nous nous entrainerons sur le plus classique, le combat à l’épée."

Et Gabriel m’annonce cela sur le ton on ne peut plus sérieux du professeur qui s’efforce d’inculquer quelque savoir à un élève récalcitrant. Ce que je trouve absolument adorable. Mon regard s’attarde sur le visage de mon ami, ses cheveux noirs sont légèrement ébouriffés, conséquence probable d’un précédent affrontement. Je suis tellement absorbée par ma contemplation qu’il me faut un moment pour comprendre que Gabriel a commencé ses explications.

" … repose tant sur sa puissance que sur son efficacité pratique. Sa portée est plus longue et sa puissance à la tranche bien… " C’est à peu près à ce niveau que mon esprit s’égare à nouveau. Je continue pourtant de fixer Gabriel droit dans les yeux, telle une élève attentive qui boirait les paroles de son professeur, hochant parfois la tête comme si je saisissais parfaitement le sens de ce qu’il me raconte ; même si je me suis depuis longtemps perdue quelque part dans l’infinité verte de ses prunelles. Comment suis-je donc supposée parvenir à me concentrer dans ses conditions ? Après une séparation qui m’a parut beaucoup, beaucoup trop longue à mon goût, il me vient en tête quelques idées « d’activités » plus… intéressantes, selon mon point de vue, auxquelles Gabriel et moi pourrions nous adonner pour fêter son retour… Et en plus il eu la bonne idée de se mettre torse nu, ce qui ne m’aide vraiment pas à fixer tout mon attention sur le maniement de l’épée. Je secoue légèrement la tête pour me remettre les idées en place. Gabriel poursuit.

"Il existe cinq positions primaires que tu devras assimiler. La posture médiane de Kron, la couronne. La garde haute d'Oberhut, du faucon. La garde basse Alber dite garde du fou. La garde arrière dite du serpent. Ainsi que la garde pendante dite du bœuf."

A chaque fois qu’il me cite une de ses postures aux noms étranges, mon ami l’illustre en la mettant lui-même en application, ce qui m’aide bien d’avantage à comprendre ce que je dois faire que de longs discours stratégiques. Et puis il faut dire qu’exécutées par lui, toutes ses postures ont quelque chose de… gracieux, tant Gabriel semble maîtriser son affaire. C’est quand moi je vais devoir en faire autant que les choses risquent de perdre beaucoup en grâce. Et apparemment, c’est pour tout de suite.

"J’aimerais que tu me montres ces cinq postures avant de commencer physiquement à nous entrainer."

Ah. C’est là que les choses commencent à se corser. Je lui réponds néanmoins d’une voix enjouée.

"Bien, bien. Dépêchons-nous alors ! J’ai hâte de passer à cet… Hum… Entrainement physique."

Et le petit sourire en coin qui ponctue ma phrase vient confirmer – si ce n’était pas déjà suffisamment clair – que je pensais à un tout autre genre d’activités physiques. Mais je reprends vite mon sérieux.

"Bon… Alors…" J’essaie de me remémorer les positions que Gabriel a exécuté devant moi. "La première c’est… La posture de… J’ai oublié son nom… Avec l’épée devant. La couronne, non ?"

Je m’exécute, essayant au mieux de reproduire les mouvements de mon ami, même si tout cela est un peu flou dans ma tête. Le résultat est probablement loin d’être parfait, mais il me semble tout de même que la posture reste… reconnaissable, ce qui n’est tout de même pas si mal pour un début. Je me tourne vers mon ami.

"Comme ça ?"

Mes yeux croisent le regard vert de Gabriel et… A nouveau je ressens cette colère furieuse et soudaine gronder en moi. A nouveau je vois le sang. Beaucoup de sang. Mais pas seulement. Je vois aussi… Des cheveux blonds. Une femme. Une femme qui souffre… qui pleure… Meredith ? La longue épée m’échappe des mains et tombe au sol avec un bruit mat, qui a au moins le mérite de me faire revenir à la réalité. Les sanglantes images qui semblent me hanter s’effacent doucement, laissant place au visage d’un Gabriel apparemment très inquiet.

Je ne comprends pas… C’est comme si la simple présence de Gabriel déclenchait ses visions affreuses… Pourquoi ? Je lui adresse un sourire un peu crispé.

"Ce n’est rien. Cette épée est simplement… très lourde. Mais ça va aller, je peux continuer."

J’essaie de paraître rassurante, mais au fond de moi, je suis très inquiète. Pour une raison que je ne m’explique pas vraiment, la fureur de Meredith semble être dirigée contre Gabriel… Et si je ne parviens plus à la contrôler ? Si je blesse Gabriel pendant l’entrainement, ou pire encore… Je devrais probablement me confier à lui sur mes soupçons, mais je ne peux pas. Pas ici. Plus tard. En espérant que ce ne soit pas trop tard. En vérité, je répugne un peu à lui en parler. C’était en cherchant à le sauver que tout cela a commencé, et je ne veux pas qu’il se sente responsable de mes erreurs, lui qui n’arrête déjà pas de penser qu’il me fait du mal…

M’efforçant de chasser ses sombres pensées de mon esprit, je ramasse mon épée. Ensuite de quoi je m’essaie aux autres postures demandée par mon ami, je doute que mes gestes soient aussi rapides et précis que les siens, mais je fais de mon mieux pour ne pas le décevoir. Une fois fait, je me tourne à nouveau vers lui.

"Alors ? Verdict ?"

_________________

Merci Auty pour ce kit magnifique *.*



Béatrix & Gabriel
Sel, ceylameilleure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Turner
Magicien
avatar

Date d'inscription : 11/04/2011
Messages : 442

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Blood & Sand | Gab.   Mar 9 Oct - 22:16

Alors que j’enseigne à Béatrix l’art de l’épée et que je lui inculque les bases avant de passer au niveau suivant, je constate facilement que celle-ci n’a pas l’air d’être enjouée à apprendre à se battre, et une simple phrase sortie de sa bouche suffit à me faire comprendre ce qu’elle aimerait réellement.

- Bien, bien. Dépêchons-nous alors ! J’ai hâte de passer à cet… Hum… Entrainement physique.

J’essaie de ne pas faire attention à ce sous-entendu, je n’ai pas fait déplacer Béatrix jusqu’ici pour ce genre de chose, malheureusement elle devra s’y faire une raison. Et je pense qu’elle se l’est faite bien vite puisqu’elle commence à me présenter les positions primaires qui lui seront primordiales. Alors qu’elle se positionne pour former la position de la couronne, c’est à mon tour que vient l’idée saugrenue de la prendre contre moi pour faire un tout autre genre d’entrainement, mais je chasse rapidement cette idée de mon esprit, ce n’est pas vraiment digne d’un bon professeur.

- Comme ça ?

Je n’ai pas le temps de la corriger que je vois l’épée lui glisser lentement et lourdement des mains pour finir au sol. C’est là que je comprends. Même si Béatrix prétend allait bien, je sais qu’il ne s’agit rien de plus que d’un mensonge. Ce regard qu’elle me portait juste avant, il n’était pas d’elle... Que lui arrivait-elle ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais je crois bien que Béa pourrait en avoir quelques-unes, bien qu’elle ne semble pas vouloir les partager avec moi. Je ne dis rien. Je me contente de l’observer d’un regard différent. Elle enchaine les cinq postures, bien qu’hésitante, et une fois terminé, elle me demande enfin mon verdict. Je laisse peser un silence, continue de la fixer droit dans les yeux. Ces yeux la, ils n’étaient pas les mêmes durant quelques secondes. Je veux comprendre.

- Il me semble que c’est à toi de me donner une réponse. Et je n’accepterais pas de piteuses excuses telles que "migraine" ou tous ses autres synonymes.

Oui Béa, je sais qu’il t’arrive quelque chose, et ce n’est certainement pas à moi que tu parviendras à le cacher. D’ailleurs, pourquoi vouloir garder le silence ? Est-ce si grave que tu ne veux pas m’inquiéter ? Mon rôle est d’être présent pour toi Béa, laisses moi garder ma fonction, ce n’est pas à toi de me protéger mais bien l’inverse. Tu en as déjà fait beaucoup pour me sauver, alors laisse-moi aussi te venir en aide.

- Qu’est-ce qu’il t’arrive Béa ? Qui est-ce qui te fait du mal ?..

Était-ce réellement une personne ? J’en ai des doutes, d’ailleurs pour l’instant je n’ai pas vraiment de piste, la seule chose dont je suis sûr, c’est que Béa a un problème. Mais comment suis-je censé le résoudre si tu ne me dis rien ?.. Ce regard que tu portais sur moi, il comportait tant de haine... à mon égard. Pourtant je sais que tu ne me détestes pas. Qui donc ose t’utiliser contre moi ? C’est bien le genre de choses que je ne supporte pas. Ce n’est seulement maintenant que je me rends compte que parler de ce sujet t’inquiète tout autant que moi. Je laisse échapper un léger soupire, je ne m’y suis pas vraiment pris de la meilleure façon avec Béa puisqu’elle-même ne semble pas réellement bien connaître son problème.

- L’entrainement est suspendu. Tu peux lâcher cette épée Béa, tes arguments ne suffiront pas à me convaincre de poursuivre l’entrainement. Je veux savoir ce que tu as.

Oui, je veux savoir. Et j’aimerais également savoir pourquoi tes mains se resserrent d’un coup sur cette épée. Toi qui détestes tant les armes tu devrais pourtant être heureuse de ne plus avoir de lame entre les mains... Et pourtant tu t’obstines à la garder et j’ai l’étrange impression que lorsque je poserais à nouveau mes yeux dans les tiens, je reverrais ce regard empli de haine.

- Béa... Il faut qu’on parle.

Vague tentative de la faire revenir à la réalité avant que les évènements ne viennent à s’enchainer trop rapidement. Tentative qui me semble être un misérable échec puisque l’épée est de mieux en mieux tenue entre ses mains.

_________________


Merci Morgane <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Blood & Sand | Gab.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Blood & Sand | Gab.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Blood And Sand [Quête en duo avec Remi S.]
» Lettre de George Sand à Musset.
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeux :: Corbeille :: Anciens RPs-