CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Au peuple ! Une nouvelle intrigue, un nouveau staff, des nouvelles parties RPG... Un RENOUVEAU est mis en place. Veuillez aller vous recenser et donner votre avis dans le Crieur Public =D

Partagez | 
 

 Première approche [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Turner
Magicien
avatar

Date d'inscription : 11/04/2011
Messages : 442

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Première approche [FINI]   Sam 14 Mai - 12:59

Ces derniers temps, un certain nom faisait souvent surface au cours de plusieurs de ses discussions. Il s’agissait d’une jeune femme, travaillant pour Arthur et ayant le poste de chevalier. Elle semblait être appréciée par beaucoup de personnes, y compris par certains de ses alliés à lui, qui pourtant savaient bien ce qu’il en coûtait de fréquenter et de se prendre d’affection envers un ennemi. Cette personne, Gabriel avait cru comprendre que son nom était Automnal Key. Amie d’enfance de Béatrix, très proche de Lug mais y compris de sa petite sœur. Gabriel savait que considérer Automnal comme une ennemie à éliminer se retournerait à coup sur contre lui et lui jouerait de mauvais tour, alors autant éviter ce genre de chose et plutôt faire en sorte de l’attirer dans le camp de Geoffroy. Mais Gabriel s’était renseigné à son sujet, et on lui avait bien fait comprendre qu’elle aimait Camelot et qu’elle n’était pas prête de retourner sa veste contre les siens. Mais qui ne tente rien n’a rien, le magicien le savait bien, c’est pourquoi il allait tenter à sa manière, et s’il s’avérait que cela ne fonctionnait pas, il n’aurait d’autre moyen que d’utiliser la manière forte. Oui, Gabriel était prêt à tout pour parvenir à ses fins, n’en doutez jamais.

Voilà ce qui expliquait la présence de celui-ci dans une ruelle aussi sombre et mal fréquentée que celle la. Il était à la recherche d’un certain objet, quelque chose de très rare mais précieux et qui valait pour les magiciens bien plus que de l’or. Il lui aura fallut plusieurs semaines pour trouver où était situé cet objet, maintenant le plus dur à faire était sans doute de le dérober. Et oui, malheureusement il n’était pas à vendre, et de toute façon, même s’il l’avait été, Gabriel n’aurait sans doute pas eu suffisamment d’argent pour se l’offrir, et puis, le vol était bien plus amusant de toute façon. Qu’était-ce donc que cet objet ? Et bien, pour tout vous dire, il s’agissait d’un œuf Fabergé. Noir orné de quelques signes d’or, ce qui tape le plus à l’œil est sans doute le dragon dessiné dessus, en or également, qui s’étend sur une bonne partie de cet œuf. Une magnifique œuvre d’art, on échangerait même un roi contre cet œuf. Qu’avait-il de si spécial ? Et bien grâce à l’ancienne magie du dragon en plus d’une partie de celle ajoutée d’un magicien puissant, cela pouvait faire disparaître le côté bon et inoffensif de n’importe quel humain afin de rendre cette personne totalement démoniaque et sadique. Mais cela nécessite cependant beaucoup de temps, car le processus est long et demande non seulement plusieurs semaines avant d’être au point, mais surtout un puissant magicien pour exécuter le sortilège. L’usage de cet œuf a été interdit et caché par les magiciens eux-mêmes, car l’utiliser sur quelqu’un pourrait avoir de nombreuses conséquences. Prenons l’exemple d’Arthur, si jamais on venait à lui retirer tout sentiment de bonté, Camelot serait sans doute condamné et les gens vivraient dans la crainte et la torture. Oui, Gabriel aurait très bien pu viser le roi Arthur, mais ce n’était pas lui qu’il souhaitait couper de tous sentiments, car le magicien réservait un sort bien plus cruel et terrible à Arthur et ses habitants. La personne qu’il désirait rendre insensible et sans cœur n’était autre que cette fameuse Automnal Key. Pourquoi elle en particulier ? Parce qu’il savait qu’avec celle-ci dans son camp, ses plans avanceraient encore plus vite, voilà pourquoi elle devenait un élément essentiel.

Bien entendu, toute pratique de magie interdite nécessite de prendre de nombreux risques. Jusqu’à ce l’œuf soit en état de fonctionner, ce qui peut durer plusieurs jours voir semaines, le magicien qui offre sa magie faiblit, jusqu’à pouvoir en mourir s’il n’est pas assez fort. C’est pourquoi en général, la plupart de ceux qui ont voulu utiliser cet œuf ont agi à plusieurs afin de ne pas devenir trop faibles durant ce laps de temps, mais Gabriel devait garder tout cela secret et allait donc devoir offrir seul son énergie. Il devrait donc être très prudent durant les jours à venir, car s’il ne mourait pas vidé de ses pouvoirs et de sa force vitale, une blessure un peu trop grave suite à un combat risquerait aussi de le tuer. Il espérait donc que cela dure moins d’une semaine, car rester toute une semaine sans prendre part à un combat allait déjà s’avérer difficile, mais parce qu’il souhaitait également pouvoir récupérer sa force le plus rapidement possible. Mais avant la pratique, il lui fallait déjà l’œuf, ce qui n’allait pas être une mince affaire.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Les magiciens de cette ville étaient tous alarmés, bien qu’il soit plus d’une heure du matin, les torches étaient toutes allumées. Il y avait beaucoup d’agitation, un homme en fuite, et un objet volé. Entrer pour dérober l’œuf était un vrai jeu d’enfant, en revanche en ressortir avec était une toute autre affaire. Ils étaient tous là, à courir et à le rechercher, mettant des pièges un peu partout à l’aide de la magie afin qu’il ne puisse pas sortir vivant d’ici. Gabriel restait pour l’instant caché, mais il ne pourrait pas rester ainsi éternellement, il lui fallait seulement attendre le bon moment pour s’enfuir, il lui fallait une ruse. Gabriel retira alors sa cape noire, et à l’aide d’un tonneau, de quelques ustensiles et de magie, il les assembla pour former quelque chose qui ressemblait à une silhouette humaine. Il comptait les tromper avec ceci. Gabriel prononça quelques mots à voix basse, et la fausse silhouette se mit à avancer dans la direction opposée de celle où il devait aller. Comme il l’avait prévu, les magiciens le remarquèrent et, croyant qu’il s’agissait du voleur, l’attaquèrent de plein fouet. Heureusement, grâce à sa ruse il avait pu bénéficier de ces quelques secondes d’inattention pour s’enfuir. Alors qu’il ne lui manquait plus que quelques pas avant de pouvoir enfin souffler un peu, Gabriel se heurta de plein fouet avec un magicien. C’était trop tard, il était découvert, et même s’il s’en sortait vivant aujourd’hui, le magicien qu’il avait heurté le reconnaitrait et le pourchasserait. Gabriel releva les yeux vers celui-ci, et remarqua que la personne qui se trouvait à terre à ses côtés était encore jeune… c’était un enfant. Finalement, il aurait peut être une chance après tout. Celui-ci se releva et attrapa l’enfant par la gorge, il ne pouvait le laisser en vie, ce serait prendre trop de risques. L’enfant se débattait mais la respiration lui manquait et il perdait peu à peu ses forces. Soudain un éclair provoqué par un magicien vint s’abattre juste à ses côtés, et Gabriel sut aussitôt qu’il ne pourrait plus se permettre de rester ici plus longtemps. Ils étaient tout prêts, et il ne fallait pas que l’un d’entre eux ne voie une fois de plus son visage. Gabriel relâcha l’enfant s’écrouler sur le sol, ce dernier était inconscient mais Gabriel ignorait s’il était encore en vie ou non, il n’avait plus le temps de le vérifier.


- Foutus magiciens...

Gabriel ne put prononcer que cette injure, il devait partir loin d’ici et ne jamais revenir. Finalement, après avoir évité une dizaine de pièges, et après ce marathon de plusieurs minutes, Gabriel parvint enfin à les semer. Tout compte fait, tout c’était bien déroulé, excepté la scène avec cet enfant dont il espérait qu’il ne soit plus en vie. Gabriel sortit l’œuf du linge avec lequel il l’avait recouvert et l’observa quelques minutes tout en se reposant un peu, après tout il le méritait bien. A présent qu’il l’avait entre ses mains, l’utiliser de la bonne manière serait la seconde étape la plus difficile, une seule faute et sa propre magie pourrait se retourner contre lui. Diriger les sentiments de quelqu’un est contre nature, voilà pourquoi cela est aussi risqué pour un magicien. Gabriel rangea à nouveau l’œuf dans le tissu qu’il avait et partit le mettre en un lieu sur, caché de tous. A présent, il devait tout de même rencontrer cette Automnal, car s’il arrivait à la détourner de son chemin sans même avoir recours à l’œuf et à la magie, cela l’arrangerait assez, et il pourrait toujours utiliser la magie de l’œuf sur quelqu’un d’autre.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Gabriel se trouvait à présent dans le hall d’entrée du château d’Arthur, affalé sur un banc. Sa matinée l’avait épuisé et il avait besoin de récupérer pour reprendre au plus vite ses plans. Le hall était encore vide à cette heure-ci, après tout il était assez tôt et la plupart des gens dormaient encore. Mais apparemment, il n’était pas le seul à ne pas avoir le sommeil long ici. L’ombre d’une fine silhouette se faisait voir de l’autre côté du hall. Des bruits de pas se rapprochèrent de l’endroit où il était. Gabriel avait le regard fixé sur le bout de la salle dans laquelle il se trouvait, il attendait de voir quelle personne se montrerait à lui. Et elle lui apparut enfin. Elle était exactement comme la description qu’on lui avait faite d’elle. De longs cheveux clairs, une taille moyenne, des yeux bleus dont l’un des deux n’était plus en état de voir quoi que ce soit, un visage fragile et innocent... C’était bien elle, Automnal, il en était sûr, il ne pouvait pas se tromper. Celle-ci marchait doucement le long du hall, elle ne l’avait pas encore remarqué. Sa démarche était souple et légère, mais elle avait l’air assez pensive. Soudain, elle tourna son regard dans sa direction, elle l’avait aperçu. Gabriel lui adressa un sourire tout à fait amical. Elle ne le connaissait pas, ne l’avait sûrement encore jamais vu au château d’Arthur et se demandait peut être qui était cet homme mystérieux assit sur un banc. Qui était-il ? Un nouvel ami. Ou plutôt, un manipulateur à qui il ne fallait pas accorder sa confiance. Gabriel allait mettre fin aux questions que devaient se poser la jeune femme à son sujet pour laisser place au dialogue.


- Je vois que je ne suis pas le seul à ne pas réussir à trouver le sommeil ici. Vous semblez tracassée, je peux peut-être vous aider ?

Rien de mieux que d’être poli et de proposer son aide pour donner une première bonne impression. Contrairement à ses habitudes, cette fois Gabriel ne ressemblait en rien à un « méchant garçon », mystérieux et dont le regard vous glace le sang. Cette fois, il était comme vous autres, un simple humain, à première vue naturel et presque inoffensif. Le magicien se leva du banc où il était assit et vint s’approcher de cette Automnal. Il lui attrapa délicatement la main pour y déposer un baiser.

- Je ne me suis pas encore présenté, pardonnez mon impolitesse. Mon nom est Gabriel Turner, un homme parmi tant d’autres qui tente d’apporter un peu de générosité dans ce monde.

Même le moins confiant de tous les êtres humains ne pourrait s’imaginer que derrière cette belle apparence, se cache un être insensible et diabolique, et c’était son but. Il voulait qu’Automnal ait confiance en lui, qu’elle retrouve en Gabriel un ami auquel elle pourrait tout confier, quelqu’un pour qui elle n’aurait aucun secret. Il était beaucoup plus simple d’attirer une amie dans le camp opposé du sien qu’une ennemie. Gabriel laissa retomber la main de la jeune femme le long de son corps, et ses yeux verts vinrent rencontrer ceux d’Automnal lorsqu’il se redressa. Si seulement elle connaissait tous les projets qu’il avait la concernant, elle resterait certainement stupéfaite un long moment. Automnal Key, chevalier au côté de Geoffroy, ennemie d’Arthur, cela sonnait plutôt bien à son goût, n’est-ce pas, très chère amie ? Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Automnal Key
Chevalier
avatar

Date d'inscription : 20/12/2010
Messages : 412
Localisation : Dans MON monde.

MessageSujet: Re: Première approche [FINI]   Mar 17 Mai - 7:53

[Ors RP : Désolée, l'ironie est quasi-omniprésente dans ce Rp, je n'ai pas pu m'en empêcher xD]

  • Tellement d’évènements m’assaillaient… Je n’en pouvais plus dormir. En l’espace de quelques semaines seulement, ma vie d’avant s’était tout simplement évaporée. En temps normal, le changement ne m’aurait pas gênée, bien au contraire. J’étais friande de nouveautés, de bouleversements dans nos petites habitudes.
    Oui, mais pas comme ça.
    Moi, fidèle Chevalier d’Arthur, défenseuse du bien et des innocents, j’avais en si peu de temps aimer un assassin, et tuer des innocents pour sauver la peau du meurtrier. Comme si cela n’avait pas suffit j’avais perdu un œil au cours d’un combat, et ce même assassin était parti, peu après que j’aie découvert l’ensemble de ses mensonges. C’était un tueur-à-gage, un magicien et il ne portait même pas le même nom par lequel il se plaisait à être appelé. Affaire classée, comme on dit.
    En cours de route, j’avais retrouvé Béatrix, une vieille amie d’enfance. Beaucoup de choses semblaient avoir changées, pour elle aussi. Bien que celle-ci ait refusé de me dire quoi que ce soit sur sa situation actuelle, je soupçonnais celle-ci d’être passée du mauvais côté. Chez Geoffroy. Bizarrement, je ne lui en voulais pas.
    Peut-être parce qu’après le départ de l’assassin que j’aimais, un autre s’était présenté à moi. Mais… ce n’était pas vraiment le même type de meurtrier. Lui, il était fier de tuer, et il était sans aucun doute le meilleur assassin de Geoffroy. Pour ma part, je n’avais rien trouver de mieux à faire que de m’en enticher. Et cela s’était passé si rapidement que je commençais à me demander si je n’avais pas seulement fait cela pour me « venger » de l’autre assassin. Oh, oui, ça lui ferait mal de savoir qu’à présent je cotôyais les méchants. Et que ce méchant était lui aussi un tueur sans scrupules.
    Bon sang, j’avais l’impression de voir ma vie tranquille et heureuse s’en aller en courant. Je pouvais presque lui faire un signe de la main pour lui dire au revoir, tellement cela me semblait évident.

    Assise sur le dur matelas de mon lit, je décidais finalement d’aller faire un tour dans le château. S’il était encore très tôt, je savais que je n’aurais quoi qu’il en soit pas le temps de me rendormir, et encore moins celui de profiter d’une demi-heure de sommeil. J’enfilais donc une tenue rapidement, puis sortais de ma chambre, de nouveau plongée dans mes pensées. Le vide des couloirs compensaient le trop-plein dans ma tête, et marcher un peu me faisait le plus grand bien. Cela n’allait, bien évidemment, résoudre aucuns de mes problèmes – à moins que quelques pas suffisent à ramener Seth, mon œil et mon père, ce auquel je croyais moyennement.
    Mes pas me conduirent naturellement dans le Hall. Peut-être qu’en temps normal je me serais rendue dans le parc. Seulement depuis qu’un homme s’y était fait tué –par moi, mais passons là-dessus-, celui-ci était constamment surveillé. Hors, je n’avais absolument pas l’envie d’être épiée. Pas à cette heure de la journée –ou de la nuit, la chose restait à savoir-, et encore moins avec ce qui me trottait dans la tête.

    A ma grande surprise –et ma grande déception, qui plus est-, je n’étais pas seule dans le hall. Un homme, un inconnu, était affalé sur l’un des bancs postés sagement de chaque côté de la Grande porte. Ces bancs, ils n’étaient presque jamais utilisés : et l’on m’aurait demandé quelques jours plus tôt à quoi ils servaient, que j’aurais sans aucune hésitation répondu « à décorer ». Je n’avais jamais vu personne s’y asseoir, et j’avais par conséquent toujours rechigné à poser mon derrière dessus. De peur de faire une gaffe, de la même façon que certains refusent de s’asseoir sur les bancs d’une église, comme s’ils allaient la profaner. Quel rapport avec ma situation actuelle, me direz-vous ? Il n’y en a pas tellement. Voire, pas du tout. Seulement la mauvaise humeur n’était pas toujours quelque chose de contrôlable, et j’avais besoin de comparaisons pourries pour faire passer la mienne.
    J’observais l’inconnu. Si l’obscurité ambiante m’empêchait de distinguer l’ensemble de ses traits, il n’avait néanmoins pas l’air agressif. Curieusement, alors que je connaissais presque chacun des membres du château et que je sache nommer chacun d’entre eux – par leur deuxième préom ou celui de leur chien, peu importe, tout cela pour expliquer que je ne connaissais que trop bien les habitants du château dans lequel je vivais -, la tête de l’inconnu ne me revenait pas. Un nouveau venu ? Un habitant qui, malgré mais 18 longues années de vie ici, avait réussit à m’échapper ? Ou alors… un espion ? Je chassais cette dernière idée, stupide, de ma tête. Ma mauvaise humeur ne m’accordait en aucun le droit de spéculer sur la fidélité des gens, ou non, à notre grand Roi Arthur.


    - Je vois que je ne suis pas le seul à ne pas réussir à trouver le sommeil ici. Vous semblez tracassée, je peux peut-être vous aider ?

    Je sursautais en m’approchant de l’inconnu, puis, à défaut de pouvoir le faire à vois haute, j’éclatais d’un rire nerveux dans ma tête.Tracassée, disait-il ? Le terme me semblait un peu faible. Complètement perdue, déprimée, ces deux termes me semblaient bien plus acceptables. Et si je ne m’étais pas réfusée depuis toute petite lef ait de prononcer quelconque paroles vulgaires ou mal distinguées, je n’aurais pas un instant hésité à utiliser un vocabulaire plus… fort. Je me sentais tout simplement enfoncée dans des sables mouvants, jusqu’à la taille. Et je m’y enfonçais à chaque instant un peu plus. C’était un peu comme avec les serpents. Je n’avais jamais eu le loisir de faire la connaissance de l’un dentre eux –étrangement, cela ne m’avait jamais réellement manqué-, mais d’après mon père, si tu te faisais attrapé par l’un de ses gros reptiles, plus tu te débattais plus il t’étouffait. D’après lui c’était cela la dur loi du destin qui nous rattrappe, de la tragédie qui finit par cause notre perte. Mon œil, oui. Pourquoi n’était-ce tout simplement une autre façon de mettre fin à sa vie ?

    - A moins que vous ne soyez chirurgien, magicien et croque-mort –les trois en même temps, je tiens à cela-, permettez-moi de vous dire qu non, vous ne pourrez pas m’aider.

    Un chirurgien pour mon œil, un magicien pour remonter le temps et un croque-mort pour mettre Seth dans la tombe. Je taisais néanmoins les motivations de cette demande, inutile de traumatiser les nouveaux dés le début. Si cela n’était pas déjà fait, bien évidemment. Je n’avais pas l’habitude d’être aussi sarcastique, seulement le trop plein dans ma tête menaçait d’exploser. Je ne faisais, à travers mes paroles et mes pensées, que décharger la noirceur de mon humeur.
    En attendant, l’inconnu avait saisit ma main avant d’y déposer un léger baiser. Les coutumes, comme d’habtiude… Je n’y prêtais pas réellement attention, tandis que le jeuen homme reprenait la parole.


    - Je ne me suis pas encore présenté, pardonnez mon impolitesse. Mon nom est Gabriel Turner, un homme parmi tant d’autres qui tente d’apporter un peu de générosité dans ce monde.

    Je tentais plus ou moins vainement de me présenter plus convenablement. A défaut de se pointer au mauvais moment, Gabriel se montrait bien élevé – contrairement à moi, qui ne faisait pour le moment strictement aucun effort. Je laissais échapper un léger soupir, puis me présentai à mon tour en inclinant la tête.

    - Votre « impolitesse », comme vous dîtes, ne me choqua pas jusqu’alors. Veuillez plutôt excuser la mienne. Je me nomme Automnal Key, et si la générosité fut pendant longtemps l’une de mes motivations premières en ce monde, j’ai bien peur que cela ne soit plus le cas. Quoi qu’il en soit… Il ne me semble pas vous avoir déjà vu ici. Probablement êtes vous un nouveau venu… Que nous vaux cette visite ? demandais-je avec une légère lassitude, que je ne parvenais malgré tous mes efforts pas à dissimuler.


_________________


Run Away
Fly Away
FAR AWAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Turner
Magicien
avatar

Date d'inscription : 11/04/2011
Messages : 442

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Première approche [FINI]   Sam 21 Mai - 20:06

Le regard de cette jeune femme ne se détournait pas un seul instant de lui, il comprenait bien qu’elle cherchait à associer son visage à un nom, et en conclut donc qu’elle connaissait que trop bien les habitants du château d’Arthur. Lorsque Gabriel employa le terme "tracassé" pour la désigner, étant donné sa réaction, il se dit alors que finalement, son mot était bien trop faible, peut être que les termes accablé et abattu lui auraient mieux correspondu. Automnal lui répondit alors, et pour honnête ce qu’elle lui dit l’étonna assez.

- A moins que vous ne soyez chirurgien, magicien et croque-mort –les trois en même temps, je tiens à cela-, permettez-moi de vous dire que non, vous ne pourrez pas m’aider.

Qui aurait cru que celle-ci emploierait le mot magicien en de tel lieu et avec lui qui plus est, si seulement elle savait ce qu’il était réellement, elle réfléchirait à deux fois à ce qu’elle venait d’évoquer et renoncerait surement de faire appel à un magicien. Lorsqu’Automnal lui affirma qu’il ne pouvait pas l’aider, il eut envie de lui rire au nez. Que faisait-il donc d’après elle ? Cette première approche, c’était justement pour lui venir en aide. La faire venir du côté de Geoffroy lui simplifierait vraiment la vie, et bien qu’à cette heure-ci elle le contredirait, une fois parmi eux il était très probable qu’elle se sente mieux et qu’elle l’en remercie.

- Et bien, en voilà des paroles péjoratives... Vous savez je ne crois pas que faire appel à un chirurgien, à un magicien, ou bien à un croque-mort ne résolve vraiment vos problèmes. Vous semblez vraiment souffrir intérieurement, arrêtez de vous ronger inutilement lorsque vous pouvez dire stop à la douleur. Si la vie que vous menez vous déchire tant, alors tournez lui le dos et tentez autre chose.

Manière détournée de lui dire que si sa vie était aussi pitoyable qu’elle le lui faisait comprendre, alors il serait préférable pour elle de quitter Arthur afin de tenter l’autre camp et vivre une vie dont elle ne regretterait aucune minute. Après tout, à quoi bon s’apitoyer sur son sort lorsqu’on a des solutions aussi simple et évidente que celle la… Une fois que Gabriel ait respecté les coutumes habituelles, c'est-à-dire se présenter poliment et selon les normes devant une dame, celle-ci reprit la parole afin de s’excuser à son tour.

- Votre « impolitesse », comme vous dîtes, ne me choqua pas jusqu’alors. Veuillez plutôt excuser la mienne. Je me nomme Automnal Key, et si la générosité fut pendant longtemps l’une de mes motivations premières en ce monde, j’ai bien peur que cela ne soit plus le cas. Quoi qu’il en soit… Il ne me semble pas vous avoir déjà vu ici. Probablement êtes-vous un nouveau venu... Que nous vaux cette visite ?

Comme il l’avait pensé, cette femme était bien Automnal Key, il ne s’était pas trompé. Celle-ci lui paraissait si sombre, elle le lui faisait ressentir à travers son comportement ainsi que ces mots, finalement la corrompre ne serait peut-être pas si difficile que ça, d’ailleurs il n’aurait peut être même pas besoin de l’œuf qu’il avait dérobé pour lui retirer ses sentiments. Automnal décidément tu es une véritable énigme difficile à déchiffrer. A travers ses yeux, elle lui montrait toute la fidélité et l’amour qu’elle portait à son royaume, et pourtant à travers tout le reste elle semblait prouver le contraire, qu’elle n’était plus si attachée que ça à tous ces habitants et qu’elle avait connu trop de déceptions ici pour continuer dans la même voie. A travers ses propos, Automnal paraissait lassée. Peut-être l’ennuyait-il ? Et bien cela lui était égal, maintenant qu’il l’avait devant lui alors qu’elle était dans une période de "déprime", l’occasion était bien trop tentante pour la laisser passer, il devait tout faire pour semer le doute dans son esprit et maintenant.

- Je ne dirais pas nouveau venu, plutôt revenant. J’ai quitté le château très jeune pour aller vivre dans une autre ville un peu plus loin d’ici afin de me former à l’épée avec les meilleurs. En fait c’est mon père qui m’a placé là-bas, il voulait me voir chevalier au service du roi Arthur, il attendait beaucoup de moi… Enfin je ne vais pas étaler ma vie, si je suis revenu c’est seulement pour aider ma famille, je ne suis que de passage ici, le temps que tout s’arrange.

Effectivement, la personne de sa famille qui avait besoin de lui n’était autre que Morgane. Etant donné son âge, la magie devait certainement se manifester et elle ne devait pas en être effrayée et encore moins rejeter cette partie d’elle. En parlant de sa sœur, Gabriel se demandait bien qu’elle serait la réaction d’Automnal si celle-ci rejoignait son camp. Serait-elle encore plus détruite qu’elle ne l’était déjà ou bien suivrait-elle le même chemin que Morgane ? Quoi qu’il en soit, il n’était pas question que celle-ci s’interpose devant sa sœur. En réfléchissant bien, Gabriel se dit qu’il ne fallait surtout pas qu’Automnal découvre sa véritable identité, cela lui porterait préjudice à lui ainsi qu’à Morgane, voilà pourquoi il était primordial qu’Automnal change de camp. Gabriel lui adressa un sourire et posa ses deux mains lentement sur les épaules de celle-ci, il s’apprêtait à lui faire une petite leçon de morale lorsqu’il eut soudain une sorte de flash-back. Il la voyait, Automnal avait retourné sa veste et n’était plus au service d’Arthur mais de son pire ennemi, mais il voyait aussi une autre femme, une chevalier, Gabriel l’avait déjà croisé une fois au puit. En faisant quelque recherche sur elle, il avait découvert que son nom était Selana La Vrez. Pourquoi était-elle dans ce flash-back ? Il eut rapidement les réponses à ses questions lorsqu’il la vit en train de tenter de raisonner Automnal, elle prévoyait un plan pour gâcher tous ses projets… Gabriel revint alors à lui, et le regard qu’Automnal lui lançait représenté toute son incompréhension. Finalement, le magicien retira ses mains de ses épaules puis un long silence régna dans le hall. Gabriel se disait qu’il n’aurait pas du jouer avec cette Selana mais plutôt la tuer lorsqu’il en avait eu l’occasion. A présent, il allait devoir se méfier d’elle bien plus qu’auparavant et faire en sorte qu’elle ne fasse pas échouer ses plans. Gabriel reposa alors son regard sur Automnal qui devait surement se demander ce qu’il lui prenait, et histoire de se rattraper, il décida de changer complètement de sujet.

- Pardonnez mon indiscrétion mais qui est l’individu qui vous a fait une telle chose à votre œil ?


Oui il fallait bien qu’il porte l’attention de la jeune femme ailleurs. Maintenant, peut-être penserait-elle que les quelques instant d’absence de Gabriel aurait été du au choc à la vue de son œil, ou peut-être pas… Tant qu’elle ne se méfiait pas de lui, le reste lui importait. Gabriel croisa les bras sur son torse, à l’attente d’une réponse. Certes il ne cherchait pas à évoquer les mauvais souvenirs d’Automnal, mais c’était le seul sujet de conversation qu’il avait trouvé pour changer cette atmosphère pesante, quoi que cette nouvelle ambiance qui régnait à présent ne lui semblait pas mieux pour autant… Mais bon, maintenant qu’il avait lancé ce sujet, il était trop tard pour revenir en ailleurs, et puis il espérait vraiment avoir une réponse à sa question, car il fallait avouer que l’histoire de cet œil en moins l’intéressait assez.

_________________


Merci Morgane <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Automnal Key
Chevalier
avatar

Date d'inscription : 20/12/2010
Messages : 412
Localisation : Dans MON monde.

MessageSujet: Re: Première approche [FINI]   Mer 25 Mai - 6:44

  • J’étais fatiguée, lassée de tous ces évènements incontrôlables et insupportables. Qu’avais-je donc fait pour que tout cela me mène à la perte de mon propre ancien moi-même ? J’ avais l’imrpession de n’être plus que l’ombre de celle que j’avais été, et j’étais terriblement mal dans ma peau. Où était passé Automnal ? Je n’étais plus qu’un songe. Ce que je devenais ne pouvait être moi.
    J’avais peur.


    - Je ne dirais pas nouveau venu, plutôt revenant. J’ai quitté le château très jeune pour aller vivre dans une autre ville un peu plus loin d’ici afin de me former à l’épée avec les meilleurs. En fait c’est mon père qui m’a placé là-bas, il voulait me voir chevalier au service du roi Arthur, il attendait beaucoup de moi… Enfin je ne vais pas étaler ma vie, si je suis revenu c’est seulement
    pour aider ma famille, je ne suis que de passage ici, le temps que tout s’arrange.


    Un revenant ? Certes, les personnes à venir vivre au xhâteau n’étaient pas si rares. Beaucoup pensait que le simple fait qu’Arthur y vive leur garantirait une vie meilleure qu’à l’accoçutumée ; bien entendu cela n’était pas le cas. Le château, c’était exactement comme partout. Les nobles étaient très bien logés, les Chevaliers l’étaient aussi bien que dans des quartiers bien moins luxueux, mais pour les autres, il n’y avait rien de superbe. Les dortoirs communs et les rats les attendaient au coin d’un couloir.
    Seulement Gabriel disait ne pas venir pour cela. Il disait venir pour aider sa famille ? Sage décision. Tandis que je mentais à la mienne certains avaient encore assez de foi pour soutenir la confiance… Mes yeux devinrent légèrement humides, et je refoulais ma petite envie de pleurer d’un léger coup de tête. Pleurer ne servait à rien. Surtout en face d’inconnus, tout cela était complètement déshonnorant. Les larmes, je les garderais pour plus tard.
    Quand je serais seule, dans ma chambre.
    Je réalisais que justement, seule, je l’étais beaucoup en ce moment.


    - Et bien, je vous souhaite bon courage, et vous respecte profondément pour ce que vous venez de dire.

    Un léger silence s’installa par la suite. Ce n’était pas le genre de silence qui installe une espèce de gêne entre deux inconnus, mais plus le genre qui vous met en face de vous même et vous fait mal, terriblement mal, au cœur et à la tête. Le genre de silence que l’on a envie de combler à tout prix pour cesser d’avoir mal, pour penser à autre chose, et le genre de silence souvent qu’on arrive pas à achever. Je m’apprêtais donc à prendre congé de l’inconnu. Si celui-ci n’était pas désagréable, je n’étais absolument pas d’humeur à discuter. J’avais trop de choses qui trottaient dans ma tête pour m’encombrer avec celles des autres.

    - Sur ce…

    Mais celui-ci reprit immédiatement la parole. Je laissais échapper un soupir. Quelque chose s’était-il liguer contre moi, pour que tout se ligue continuellement contre mes souhaits ? J’avais envie de tout balancé, de descendre aux écuries, et de galoper, vite, très loin. Jusqu’à perdre le château de vue, si loin quand j’en oublerais son existence. Et une fois perdue à l’horizon, je me serais allongée sur un roncher, au bord d’un ruisseau, et j’aurais attendu. Je ne sais pas tellement quoi. Seth, la mort, le passé ? Bizarrement, ces trois critères étaient étroitement liés. Mon passé abritait Seth, dont le départ était en grande partie la cause de ma lente… mort spirituelle.

    - Pardonnez mon indiscrétion mais qui est l’individu qui vous a fait une telle chose à votre œil ?

    Un légère grimace étira les commissures de mes lèvres. L’héritage de Seth, et le souvenir brûlant de la période ou mon « moi » avait changé. Je n’avais pas envie de parler de ma blessure. Pas maintenant. Et surtout pas avec tous les mensonges qui planaient dessus… Je laissais remonter ma main jusqu’à mon visage, et faisais glisser mes doigts le long de ma blessure. La plaie, irrégulière, avait laissé une longue cicatrice qui commençait sur mon arcade sourcillère et s’achevait au milieu de ma joue. Je n’avais plus mal, seulement dans ma tête. Cet œil, qu’allais-je devoir sacrifier pour lui dans le futur ? Ma carrière de Chevalier allait-elle être mise en danger ? Et ma mère, devrais-je alors lui dire la vértié à son propos ? Devrais-je lui révéler, un jour, que l’homme qui m’avait fait cela n’était pas celui qui avait attaqué Seth, mais sa cible ? J’avais fait le travail de Seth, le trvail de tueur-à-gage, pour sauver la peau de l’assassin qu’il était. Pire, je l’avais fait deux fois. Et cela me rongeait de l’intérieur. Jamais je n’aurais pu abanbonner Seth à la mort, mais j’avais tout de même voler la vie de deux hommes innocents et honnêtes.

    - Je… C’est compliqué. J’ai sauvé la vie d’un ami, il y a quelques semaines. Et c’est en le sauvant que j’ai perdu cet œil.

    Voilà. Je restais suffisament vague : je n’avais pas menti. Seulement ommis quelques détails. Qui avait tort, dans tout ça, telle était la question. Tout d’abord Seth, pour avoir attaqué l’inconnu ; puis moi, pour avoir abattu cet inconnu en question pour sauver Seth. L’inconnu n’y était pour rien, contrairement à ce que mon ami et moi avions raconté à tout le château pour éviter de se faire éliminer par les gardes d’Arthur. Si les bûchers étaient réservés aux sorciers, les pendaisons étaient encore très à la mode.
    Et encore, Seth, lui, était justement un sorcier. Ou un magicien, le terme me semblait moins péjoratif. Et pourtant, il se servait de sa magie pour tuer.
    Seth était un monstre.

    Je gardais le silence.


_________________


Run Away
Fly Away
FAR AWAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Turner
Magicien
avatar

Date d'inscription : 11/04/2011
Messages : 442

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: Première approche [FINI]   Lun 20 Juin - 22:25

Quoi de plus facile que de piéger une personne dont le doute augmente peu à peu chaque jour ? C’était le cas d’Automnal, elle ne se faisait pas confiance, elle changeait, et elle redoutait cette nouvelle facette d’elle qui ressortait un peu plus chaque jour. Gabriel l’avait clairement remarqué. Il était assez doué quand il s’agissait d’observer, le magicien prêtait son attention au moindre mouvement, à la moindre expression, car chaque détail était important et devait être pris en compte. Automnal est une personne forte et de confiance, son statut de chevalier met en évidence sa vivacité d’esprit et son intelligence en plus de sa beauté. Mais il avait remarqué une cicatrice sur son œil qui devait surement être récente, et cette blessure, elle la hantait... Il lui semblait qu’elle avait vécu quelque chose de traumatisant et de déstabilisant. Depuis, sa joie de vivre disparaissait peu à peu pour laisser place à une Automnal déprimée et torturée. Voilà ce qu’il avait fait comme conclusion concernant la situation de la jeune femme en seulement quelques minutes d’observation, bien sûr, il savait qu’il ignorait une partie essentielle de son histoire, mais il savait aussi qu’il allait devoir compter sur ses talents d’enquêteur et non sur l’honnêteté d’Automnal pour découvrir qu’elle était cette partie manquante. Mais en attendant, ce qui comptait était que la jeune femme se laissait peu à peu aller et ça, Gabriel comptait bien s’en servir contre elle. Lorsque le jeune homme lui demanda qui était la personne qui l’avait blessé à l’œil, celle-ci parut hésiter quelques secondes avant de lui répondre, mais elle se jeta finalement à l’eau, surement pour ne pas avoir à subir d’autres questions de sa part.

- Je... C’est compliqué. J’ai sauvé la vie d’un ami, il y a quelques semaines. Et c’est en le sauvant que j’ai perdu cet œil.

- Tragique histoire... Mais vous avez accomplis un acte héroïque pour votre ami, je suis sûr que vous avez dû être félicité pour ça, et la marque à votre œil rappel à vos camarades le respect qu’ils vous doivent. C’est normal que vous ayez du mal à passer au-dessus de cette épreuve, vous avez sacrifié votre œil pour sauver une vie, mais au fond, je suis certain que même si vous aviez eu le don de revenir en arrière, vous auriez refait la même chose. Cette blessure vous fait souffrir, mais avec le temps la douleur s’atténuera, alors que si vous aviez laissé votre ami mourir, vous en auriez été hanté jusqu’à votre dernier souffle...


Non, le but de Gabriel n’était surement pas de la réconforter, plutôt d’obtenir sa confiance. Il voulait devenir son confident afin de pouvoir utiliser plus aisément ses points faibles contre elle. L’aider pour mieux la blesser, voilà ce qu’il lui réservait. Gabriel passa une main dans l’une de ses poches pour en sortir un bracelet en argent, il parait que ce genre de bijoux plait à la plupart des femmes et s’accorde avec la plupart de leurs vêtements. Simple et coquet, de quoi faire plaisir à Automnal mais également à Gabriel car ce qu’il allait lui offrir n’était pas qu’un simple bracelet, en vérité, celui-là était magique, plus particulièrement relié à l’œuf. Plus elle le porterait et plus son côté sombre ressortirait, elle détesterait la vue de Camelot et serait attirée par le sang et la torture. Mais bien sûr, pour que les bons sentiments de celle-ci disparaissent complètement, il lui faudrait passer par l’étape finale qui allait nécessiter d’une mèche de cheveux d’Automnal et de quelques gouttes de son sang ainsi qu’un sort puissant, mais avant de pouvoir passer à cette étape, Gabriel devait offrir chaque jour son énergie à l’œuf pour qu’il puisse faire effet. Et oui, il vous l’avait bien dit, retirer les sentiments d’un être humain n’était vraiment pas une chose simple à faire, mais le magicien se fichait de toutes les étapes par lesquelles il devrait passer tant qu’il puisse parvenir à son but final. Gabriel attrapa alors délicatement le bras de la jeune femme et lui attacha le bracelet à son poignet avant de le relâcher et de le laisser retomber le long de son corps.

- Acceptez ce cadeau s’il vous plait. Il vous portera chance et apaisera vos doutes. J’ignore s’il est à votre gout ou si vous refusez de porter des bijoux offerts par des inconnus, mais croyez-moi, bientôt je n’apparaitrais plus comme un simple homme étranger à vos yeux, nos destins sont liés, et en attendant notre prochaine rencontre, ce bracelet vous protègera et vous conduira dans le droit chemin.

Gabriel avait porté ses yeux verts dans ceux de la jeune femme et ne la quittait plus un seul instant des yeux. Elle devait porter ce bijoux, car dans le cas contraire, Gabriel serait obligé d’offrir encore plus de sa magie à l’œuf afin qu’il puisse agir correctement, mais faire une telle chose signifiait une chance encore plus diminuée de survie pour le magicien. Le jeune homme détourna alors son regard vers le ciel, le soleil se levait peu à peu et les habitants du château d’Arthur allaient bientôt se réveiller. Même si celui-ci passait de plus en plus de temps à Camelot, il devait quand même rester discret et se montrer au moins de personnes possibles, on ne sait jamais, il avait peut-être beaucoup changé mais quelqu’un pourrait quand même le reconnaitre, alors autant ne pas prendre trop de risques. Gabriel reporta donc son regard vers Automnal et reprit la parole.

- Je ne vais pas vous embêter plus longtemps, j’ai l’impression que vous mourrez d’envie de quitter ces lieux et de vous retrouver seule quelques instants avant de retourner à votre quotidien habituel. J’ai été enchanté de vous rencontrer, Automnal.

Gabriel lui adressa un dernier sourire et se retourna, se dirigeant pas à pas vers la première sortie, il devait quitter vite les lieux avant que quelqu’un s’aperçoive de sa présence à Camelot. Il espérait seulement qu’Automnal ne le retienne pas au dernier moment, car il se verrait obligé de rester avec elle pour ne pas paraitre suspect de quoi que ce soit, mais la situation deviendrait alors plus complexe pour lui.

_________________


Merci Morgane <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Automnal Key
Chevalier
avatar

Date d'inscription : 20/12/2010
Messages : 412
Localisation : Dans MON monde.

MessageSujet: Re: Première approche [FINI]   Dim 26 Juin - 1:01

  • De nombreux souvenirs remontaient en moi. Ils s’ajoutaient à ceux qui me hantaient depuis quelques jours, me comprimaient le cœur et la tête avec force. Un violent mal de crâne faisait rage au niveau de mes temps, comme s’il avait été de part en part perforé d’une barre de fer. Si j’avais pu, j’aurais volontiers pris mes jambes à mon coup… La solitude avait l’avantage de ne pas te poser de question. Aussi l’inconvénient de te laisser seule avec tes propres fantômes… Au choix, je me serais bien transformée en ermite isolée du monde, avec trois chèvre et un mouton, caché dans une caverne dans les montagnes du Nord. De quoi oublier toute la vie d’avant.

    - Tragique histoire... Mais vous avez accomplis un acte héroïque pour votre ami, je suis sûr que vous avez dû être félicité pour ça, et la marque à votre œil rappel à vos camarades le respect qu’ils vous doivent. C’est normal que vous ayez du mal à passer au-dessus de cette épreuve, vous avez sacrifié votre œil pour sauver une vie, mais au fond, je suis certain que même si vous aviez eu le don de revenir en arrière, vous auriez refait la même chose. Cette blessure vous fait souffrir, mais avec le temps la douleur s’atténuera, alors que si vous aviez laissé votre ami mourir, vous en auriez été hanté jusqu’à votre dernier souffle...

    Une grimace déforma mes traits. Gabriel parlait d’une voix compatissante, il me semblait presque qu’il avait… pitié de moi. J’avaius envie de crier de rage. Tout ce qui m’accablait ne faisait pas de moi une enfant à rassurer, à consoler. Je n’avais pas perdu la volonté qui me faisait vivvre auparavant. J’étais toujours moi, et je pouvais me battre et me comprendre seule.
    Ou pas, justement. J’aurais aimé être rassurée par quelqu’un, j’aurais aimé pouvoir déverser mes alrmes sur l’épaule d’un ami, j’aurais aimé pouvoir tout raconter à ma mère et qu’elle me console comme lorsque j’étais petite. Ce n’était pas tant ma blessure qui me faisait souffrir, mes les souvenirs qui y étaient gravés. Des souvenirs douloureux imprimés dans ma chair.

    Gabriel prit soudain ma main, et attacha rapidement un bracelet à mon poignet. Plongée dans mes pensées, je ne m’en rendis pas tout de suite bien compte et ne pensais même pas à retirer ma main ; mon interlocuteur lâcha mon poignet et mon bras retomba mollement, reprenant place le long de mon côté droit. Je jetais un coup d’œil rapide au dit bracelet ; c’était une mince chaîne en argent. Je jetais un coup d’œil interrogateur à Gabriel. Pourquoi ce bracelet ? Ma curiosité avait prit un instant la place de mes tourments.


    - Acceptez ce cadeau s’il vous plait. Il vous portera chance et apaisera vos doutes. J’ignore s’il est à votre gout ou si vous refusez de porter des bijoux offerts par des inconnus, mais croyez-moi, bientôt je n’apparaitrais plus comme un simple homme étranger à vos yeux, nos destins sont liés, et en attendant notre prochaine rencontre, ce bracelet vous protègera et vous conduira dans le droit chemin.

    Ces simples paroles m’intriguaient au plus haut point. « Bientôt je n’apparaîtrais plus comme un simple étranger à vos yeux, nos destins sont liés ». Que voulait-il dire ? Un mauvais préssentiment m’envahit soudain. Cette phrase sonnait comme une espèce de prophétie, comme si Gabriel connaissait le futur. Je détestais cette impression. Si quelqu’un pouvait prédir l’avenir, c’est que celui-cio devait être écrit quelque part. Malgré le peu de volonté qui m’habitait encore, je voulais croire au fait que mes actes pouvaient tout changer.

    Et puis, cette idée de « destins liés »… Ce genre de terme était pour moi presque obligatoirement en rapport avec la magie. Les muscles de ma mâchoires se raidirent ; la amgie n’avait rien n’apporté de bon dans ma vie. Sans être tout-à-fait à l’origine du malheur qui m’accablait, elle y tenait tout de même une grande part de responsabiltié. Et elle avait le défaut de pouvoir manipuler les esprits, d’être incontrôlable et terriblement puissante.

    Et cette histoire de me conduire dans le droit chemin… Gabriel me semblait de plus en plus suspect. Je commençais presque… à avoir peur. Je eprdais peu à peu le contrôle, de plus en plus de questions se pressaient dans ma tête. Quel mystère planait sur ce mystère ? En quoi pouvait-il me guider, où que ce soit ? La magie y était liée, j’en étais à présent certaine. J’aurais du retirer le bracelet tout de suite, l’arracher de mon poignet sans me poser de question. Mais s‘il devait réellement me « conduire dans le droit chemin »… C’était tellement tentant. Moi qui étais si perdue… Après tout, ce n’était qu’un bracelet. Je n’aurais qu’à le retirer s’il se passait quoi que ce soit, non ?

    Une petite voix au fond de moi criait que j’avais tort. Cette petite voix, je l’aurais volontiers baillônée. A defaut de pouvoir le faire, je me contentais de faire la sourde oreille.


    - Je ne vais pas vous embêter plus longtemps, j’ai l’impression que vous mourrez d’envie de quitter ces lieux et de vous retrouver seule quelques instants avant de retourner à votre quotidien habituel. J’ai été enchanté de vous rencontrer, Automnal.

    Il s’en fallut de peu pour que je n’aille pas courir après le mystérieux inconnu. Trop de secrets, de questions planaient au-dessus du bracelet qui ornait à présent mon poignet… Mais Gabriel avait raison. Je voulais qu’il s’en aille, je voulais rester seule, je voulais retourner dans ma chambre et tenter de me rendormir. Au moins, cette histoire aura eu l’avantage de me distraire un peu des fantômes qui hantaient ma conscience… Je tournais le dos à mon tour, et gravissais les escaliers avec lenteur, fatiguée. Si mon corps était emplis d’une lassitude extrême, il n’en était plus le cas de mon cerveau, qui fonctionnait à plein régime.


[Hors Rp : Teeeerminé 8D]

_________________


Run Away
Fly Away
FAR AWAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première approche [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Première approche [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la première aventure (fini)
» [Yonkou] Première approche avec l'équipage de Morris.
» Eben&Ange • Première approche
» Sa première souris et sa première cérémonie du partage [Libre] (FINI)
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeux :: Corbeille :: Anciens RPs-