CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Au peuple ! Une nouvelle intrigue, un nouveau staff, des nouvelles parties RPG... Un RENOUVEAU est mis en place. Veuillez aller vous recenser et donner votre avis dans le Crieur Public =D

Partagez | 
 

 A l'ombre d'une tour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anna de Gorlois

avatar

Date d'inscription : 27/04/2011
Messages : 54
Localisation : ici...là bas et en bretagne^^

MessageSujet: A l'ombre d'une tour   Mar 10 Mai - 23:33


Anna De Gorlois VS Gabriel Turner


En se faufilant entre des jupons de toutes les couleurs et en évitant avec grâce la main de ceux qui l’invitaient à danser, Anna réussit à atteindre la porte de la salle de réception. La jeune femme ne put retenir un soupir de soulagement lorsqu’enfin la porte se referma derrière elle.

A chaque réception que le roi Geoffroy organisait, Anna se devait d’être présente. La chevalière était une femme d’arme, une femme de loi qui devait maintenir sa réputation et le respect ou la crainte qu’elle inspirait. Elle était une femme importante de la cour et pour cette raison, elle devait malheureusement assister à toutes ces réceptions. D’ailleurs ces réceptions permettaient à Anna d’assouvir sa domination au près des femmes nobles de la cour, ces pies qu’Anna préférait éviter le reste du temps.

Généralement, la chevalière se donnait deux heures avant de quitter discrètement la réception, le temps de saluer son roi, d’affirmer sa présence à la cour face aux nobles et têtes de la cours et de, parfois, danser. Mais parce qu’Anna n’aimait être trop en présence d’Homme, elle s’échappait souvent un peu plus tôt que prévu. Puis si jamais, on remarquait son absence ou si elle n’arrivait pas à partir discrètement, elle pouvait prétendre que demain dès l’aube elle devait patrouiller en forêt et que pour cela elle avait besoin de repos.

Comme à chaque réception, Anna s’était donnée la plus belle des apparences. Elle portait une longue robe à voiles couleur rouge sang avec un corset lacé de files couleur or et donnant une vue plongeante sur son décolleté. Le bout de ses manches, qui ne dépassait pas la moitié de ses bras, étaient bordés de fines dentelles noires. Sous ses jupons, une jarretière turquoise entourait sa cuisse droite et permettait de dissimuler une fine dague contre sa peau. Ce n’était pas la seule arme qu’elle portait, plus haut, dissimulée entre ses seins, se cachait une autre dague plus petite. A fin de souligner et dégager son regard couleur braise, Anna avait tiré en chignon les mèches du devant de son visage en arrière de sa tête. La fleur d’une orquidé rouge était blotti dans son chignon, Anna avait laissé détacher touts ses autres cheveux détachés.

Accompagné par l’écho de ses talons qui résonnait sur le marbre noir du sol, Anna entreprit de regagner sa chambre. Demain allait être une dure journée pour la douce Anna. En effet, des paysans refusaient de donner leurs impôts au roi, ils obligeaient Anna à intervenir avec plusieurs soldats pour leur faire regretter leur affront. Cela faisait deux mois que la jeune femme avait rejoint les rangs de Geoffroy, pourtant elle n’arrivait toujours pas à tuer sans se sentir coupable, triste et peinée. Souvent dans ses rêves, Anna revoyait tour à tour les visages de ceux qu’elle avait tué. Seul le beau Gauvain venait apaiser son sommeil dans ses rêves et lui permettait de se reposer.

Alors que son ombre parcourait les tristes couloirs du château de Geoffroy, Anna fut attirée par une lumière blanche qui venait éclairée chaque fenêtre. Elle se rapprocha d’une d’entre elle et reposa son menton contre ses mains tandis que ses coudes s’appuyaient au rebord de la fenêtre. Il devait être minuit ou une heure et toutes les terres du seigneur Geoffroy étaient recouvertes d’un magnifique ciel étoilé dégagé et accompagné de sa pleine lune. Voilà plusieurs semaines qu’Anna n’avait pas prit le temps d’admirer un tel spectacle. Elle admirait ses étoiles qui brillaient de plus en plus avant de s’éteindre. De loin, elles paraissaient calmes, étincelantes mais de plus près on les voyait fougueuses, enflammées et sauvages.

Qu’il était triste d’aller se coucher si tôt pour aller cauchemarder par une si belle nuit. En observant les édifices du château de Geoffroy, Anna aperçut la tour d’observation. Il était tard, elle devait être dégagée de toute présence humaine et les faucons messagers qui la peuplaient devaient surement dormir. Cette tour était l’endroit idéal pour Anna, un endroit calme, sans homme ou elle pouvait se livrer à ses pensées et ses émotions.

En ne faisant attention ni aux soldats gardant l’intérieur de la forteresse, ni aux personnes qu’elle croisait, Anna traversa toute la forteresse jusqu’à l’escalier circulaire menant au sommet de la tour. Elle saisit le jupon de sa robe pour la relever légèrement et se lança à l’assaut de l’escalier en courant.

La pièce était vide, du moins elle le paressait. Au centre de la pièce, une carte du royaume du seigneur Geoffroy reposait sur une table en granite rose. De veilles bibliothèques poussiéreuses parsemées de parchemins recouvraient pratiquement la totalité des murs. Il y avait juste à l’Est de la pièce, une immense cage retenant une dizaine de faucons messagers. Le sol de la cage était recouvert de pailles, d’excréments, de plumes et de carcasses d’animaux. La totalité des oiseaux dormaient sur leurs perchoirs et n’avaient pas jugé l’arrivée d’Anna suffisamment importante pour ouvrir les yeux.

Anna se dirigea vers la plus grande des fenêtres et se hissa assise sur le rebord de celle-ci. Elle laissa ses jambes et ses longs voiles se balancer dans le vide tandis qu’elle appuya son dos et sa tête contre le mur.

Surement que quelque part, un de ses parents, ou bien un frère ou une sœur si elle en avait, devait observer ses étoiles d’un autre endroit. Si seulement ses étoiles pouvaient lui dire qui elle était.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Turner
Magicien
avatar

Date d'inscription : 11/04/2011
Messages : 442

Feuille de personnage:
Âge:
Camp: Geoffroy
Expérience:
0/10  (0/10)

MessageSujet: Re: A l'ombre d'une tour   Sam 14 Mai - 15:57

Les réceptions, Geoffroy aimait ça, peut-être même un peu trop à son gout. Souvent, le roi réclamait sa présence, mais Gabriel ne se présentait que lorsque son envie y était, donc très rarement, car les fêtes, la danse, la musique et tous ce qui s’en suivait n’était pas tout à fait son genre. Chaque personne apprécie des choses différentes. Pour Geoffroy il s’agissait de diriger et d’être craint. Quant à Gabriel, il trouvait plus de plaisir en tuant et en faisant couler du sang, c’était devenu sa manière de vivre et ça ne le déplaisait pas. Mais ce soir, Gabriel avait envie de changer ses bonnes vieilles habitudes. Cette nuit, aucune goutte de sang ne coulerait par sa faute, cette nuit, il allait se présenter à cette réception. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’à celle la, le roi avait invité beaucoup plus de monde que d’habitude, et Gabriel se disait qu’il pourrait très bien rencontrer des gens intéressants. Il rangea donc épée, dague et outres outils et décida également de laisser la magie de côté durant cette soirée. Aujourd’hui, il serait seulement un invité, pas un homme traquant une nouvelle victime.

Vêtu d’une chemise blanche et d’un costard noir, Gabriel se regarda un instant à travers un miroir. Cela ne lui ressemblait pas de s’habiller ainsi, mais on ne pouvait pas dire que ces vêtements lui allaient mal, bien au contraire. Le magicien se passa rapidement un coup de peigne dans ses cheveux, histoire d’arranger un peu toutes ces mèches en batailles, puis quitta enfin sa demeure pour se rendre à cette fameuse réception. Lorsque Gabriel ouvrit les portes de la salle, il put y découvrir de grandes décorations mais avait aussi remarqué que la plupart des gens étaient déjà présents, et oui, toujours à venir en retard ce Gabriel. Très rapidement certaines personnes vinrent à lui, et il eut toutes sortes de discussions avec les convives de cette réception, parfois il s’agissait de sujet complètement inutile auquel il mettait rapidement fin, et d’autres fois, on lui apportait quelques informations très intéressantes. C’est alors qu’il aperçut une ravissante jeune femme un peu plus loin. Elle était vêtue d’une longue robe à voile rouge sang, mh quelle ravissante couleur qu’elle portait là. Son corset lacé de files couleur or venaient ajouter un peu plus de charme à la tenue, sans oublier ce décolleté qui attirait le regard de bien des hommes. Tant son attention s’était portée sur cette jeune femme que Gabriel en oublia presque le sujet de discussion auquel il avait prit part avec un homme de la cour du roi. Le magicien le coupa en plein dans son récit pour prendre la parole.


- Qui est donc cette belle créature, qui se tient au côté du roi ?

- Chevalier de Geoffroy, son nom est Anna de Gorlois, elle vit au château depuis à peu près deux mois. Elle est assez solitaire, et l’on dit qu’elle évite de s’approcher trop près des hommes, alors ne vous attendez pas à ce que votre charme fonctionne sur elle.


Gabriel avait cessé d’écouter l’homme à partir du moment où il lui racontait qu’elle était une personne solitaire. Le magicien ne quitta pas cette jeune femme des yeux, qui à priori ne l’avait pas remarqué. Puis il la vit quitter les lieux, et sans même dire au revoir aux autres invités qui se tenaient à ses côtés, Gabriel la suivit et quitta donc la salle à son tour. Elle marchait le long des couloirs, mais ne semblait pas se diriger vers les dortoirs. Mais où allait-elle donc à une heure pareille ? Il eut rapidement la réponse à ses questions lorsqu’il la vit monter les escaliers pour se rendre au poste d’observation. Anna, tu sembles être quelqu’un de bien particulier… Gabriel s’arrêta de la suivre puis aperçut alors un bouquet de fleurs posé sur un meuble d’une pièce du château, et il s’empara aussitôt d’une rose rouge, se disant qu’elle irait très bien au teint ainsi qu’avec la robe de la jeune femme. Celui-ci monta alors doucement les marches des escaliers, ses pas ne faisaient que très peu de bruit ce qui rendait son approche presque silencieuse. Une fois arrivé au poste d’observation, Gabriel regarda autour de lui, il ne la voyait pas, pourtant il savait qu’il n’y avait pas d’issue, alors elle ne pouvait se trouver ailleurs. Puis il sentit un courant d’air frais sur sa joue gauche, et lorsqu’il posa son regard vers la fenêtre ouverte, il la vit enfin. Elle était assise sur le rebord de la fenêtre et laissait le vent caresser sa peau. Elle se mettait à son aise, les jambes dans le vide et adossait à un mur, une fille solitaire se mettant à l’abri des regards des autres. Gabriel se rapprocha alors de celle-ci, et tendit la rose rouge en sa direction.

- Belle soirée n’est-ce pas ?

Cette Anna, elle ne ressemblait pas à toutes les autres femmes de la cour, elle avait quelque chose de particulier, quelque chose qu’il ne parvenait pas à discerner. Son but ce soir, n’était pas de la charmer, il voulait simplement la connaître et la comprendre et tous ça seulement parce qu’elle l’intriguait. Qui était-elle réellement ? Pourquoi cette distance avec les gens ? Pourquoi autant de tristesse sur son visage ? Gabriel voulait le savoir et c’était la seule raison de sa présence ici. Le magicien vint s’asseoir auprès de la jeune femme, prenant la même position que celle-ci, ses yeux observant tout comme elle le ciel étoilé.

- Je ne vous ais encore jamais vu ici et je me demandais ce qui avait bien pu vous pousser à devenir chevalier au service de Geoffroy...

Son regard se porta alors vers le visage d’Anna. Il pouvait enfin bien l’observer. Des yeux marron, cheveux châtains, de fines lèvres, un visage doux et sévère à la fois. Elle n’avait pas l’air d’être une femme à se laisser faire, elle semblait avoir un but, des valeurs, et pourtant elle avait aussi un manque de confiance en elle. Gabriel reporta alors son regard sur le ciel afin de ne pas mettre la jeune femme mal à l’aise, car d’après ce qu’on lui avait dit, elle n’appréciait pas plus que ça la compagnie des hommes. Avant qu’elle ne prenne la parole, Gabriel se permit d’ajouter quelque chose.

- Pardonnez mon indiscrétion, vous n’êtes pas obligé de répondre à mes interrogations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

A l'ombre d'une tour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tour des âmes=> monstres
» L'ombre et le feu [Tour I - Terminé]
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-Jeux :: Corbeille :: Anciens RPs-